vendredi, mai 20, 2016

«Aujourd'hui, je me sens bien» - Robert Poëti

http://www.985fm.ca/actualites/nouvelles/

Publié par Danielle Arsenault pour 98,5 fm le jeudi 19 mai 2016 à 19h50. Modifié à 20h07.
«Aujourd'hui, je me sens bien» - Robert Poëti
Robert Poëti/PC / Archives
(98,5 FM) - À l'origine de ce qui est maintenant convenu d'appeler l'«Affaire Poëti», Robert Poëti se réjouit des actions prises par le gouvernement Couillard jeudi.
ON EN PARLE EN ONDES :
Il y a trois semaines, M. Poëti avait même exprimé ses craintes à l’actuel ministre Jacques Daoust quant à la gestion douteuse qui se poursuivait au sein de ce ministère. Il lui avait alors fait parvenir une lettre dans laquelle il décrivait plusieurs faits troublants.
«Indépendamment de la décision du premier ministre face à Madame Savoie, aujourd’hui, je me sens bien. Parce qu’on travaille pour les Québécois et pour moi, c’était un peu difficile d’accepter qu’après 21 mois de travail pour justement collaborer avec l’ensemble des gens du ministère qui voulaient le faire, de s’assurer que les structures soient efficaces, de s’assurer que les sonneurs d’alertes qui veulent parler puissent le faire, être capable d’installer l’imputabilité», a-t-il dit en entrevue avec Paul Houde, jeudi.
Quand l’ancien ministre des Transports a appris qu’Annie Trudel avait remis sa démission parce qu’elle n’avait pas de collaboration de la part du MTQ, M. Poëti a décidé d’agir.
«Je me suis senti obligé d’informer M. Daoust et le chef du cabinet du premier ministre qu’il y avait des choses qu’il fallait vérifier, autant sur le volet administratif que criminel. Donc, les actions posées aujourd’hui me réjouissent, notamment l’annonce du premier ministre qui a décrété qu’il y aurait un inspecteur général en permanence. Moi je suis assez content d’entendre ça. Que la vérificatrice générale soit au dossier, ça me rassure. Et que l’UPAC dit qu’il y a des enquêtes sur certains dossiers au ministère. Quand je vois tout ça, oui, ç’a été une semaine difficile, mais moi je suis rassuré.»
Toutefois, le député de Marguerite-Bourgeoys ne croit pas que sa démotion en février dernier avait pour but de le faire taire.
Pour écouter l'intégral de l'entrevue de Robert Poëti, écoutez l'audio plus haut.