vendredi, avril 22, 2016

Un dernier adieu au dramaturge Marcel Dubé

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/arts_et_spectacles/

PUBLIÉ AUJOURD'HUI À 7 H 52
Marcel Dubé
Marcel Dubé   PHOTO : MAXIME CÔTÉ
La famille de l'écrivain et dramaturge québécois Marcel Dubé, mort le 7 avril dernier à l'âge de 86 ans, recevra les condoléances du public à compter de 14 h cet après-midi dans un complexe funéraire de la rue Sherbrooke Est, à Montréal.
La famille recevra les témoignages de 14 h à 17 h et de 19 h à 22 h. Quant aux funérailles de M. Dubé, elles seront célébrées samedi, à 11 h, à l'église de l'Immaculée-Conception de la rue Rachel Est.
Marcel Dubé a signé plus de 300 œuvres pour le théâtre, la radio et la télévision au cours de sa carrière de 40 ans. Outre ces grands médiums, il a également réalisé des traductions, des adaptations, des récits, des nouvelles, des poèmes et des essais.
Au théâtre, il a notamment signé les pièces Bilan (1960), Zone (1953), Florence (1956),Au retour des oies blanches (1966) et Le temps des lilas (1958) dans lesquelles il explore ses thèmes de prédilection soit : la famille, la religion et l'échec.
La pièce la plus marquante de son œuvre demeure Un simple soldat, qui est devenu un classique de la dramaturgie québécoise. La pièce relate l'histoire d'un soldat de la Seconde Guerre mondiale démobilisé avant même d'avoir pu combattre.
Marcel Dubé en 1957
Marcel Dubé en 1957   PHOTO : ARCHIVES DE RADIO-CANADA
Présenté sous la forme d'un téléthéâtre en 1957, Un simple soldat est la pièce dont Marcel Dubé estimait lui-même qu'elle était la plus importante de son œuvre. « Ayant trouvé un personnage auquel je demeure encore aujourd'hui très attaché, j'ai pris beaucoup de soin à écrire Un simple soldat et j'y ai mis tout ce que je pouvais, disait M. Dubé. Alors, Un simple soldat demeure pour moi la pièce la plus importante que j'ai écrite. » 
La pièce a été montée au théâtre l'année suivante.
À la télévision, il a écrit les trois émissions La côte de sableDe 9 à 5 et La vie promise, toutes diffusées à Radio-Canada.
Un des auteurs québécois les plus prolifiques des années 50 et 60, Marcel Dubé a marqué toute une génération de téléspectateurs avec ses téléthéâtres. Il connaît un premier succès en 1952 avec sa pièce De l'autre côté du mur.
La renommée survient toutefois l'année suivante avec la pièce Zone qui remporte le Grand Prix du défunt Festival national d'art dramatique.
À une époque où les théâtres québécois présentaient surtout les grandes pièces du répertoire français, Marcel Dubé contribue à l'émergence d'une dramaturgie québécoise.
Marcel Dubé en 1974
Marcel Dubé en 1974   PHOTO : RADIO-CANADA/ANDRÉ LE COZ
L'univers du début de sa carrière campe dans un milieu populaire, comme celui où il a grandi. À la fin des années 60, Marcel Dubé commence à décrire un nouvel univers, celui de la bourgeoisie. Un milieu qu'il dépeint sans pitié : un monde fait d'ennui, de désillusions et de trahisons.
En 1968, l'arrivée de nouveaux dramaturges, comme Michel Tremblay, le relègue au second plan. Marcel Dubé sera ensuite affaibli par une longue maladie. Après avoir passé de nombreuses années dans l'oubli, le milieu théâtral lui a rendu hommage au milieu des années 90.
Marcel Dubé a agi à titre de président du Conseil de la langue française. Il a obtenu en 2005 le Prix du gouverneur général du Canada pour les arts de la scène.
Le dramaturge a été fait Officier de l'Ordre national du Québec en 1993.