lundi, avril 25, 2016

La liste tant convoitée sera-t-elle dévoilée ?

http://www.journaldemontreal.com/

MISE à JOUR 
Les partis politiques sont ouverts à l’idée d’une modification de la loi électorale qui les forcerait à diffuser la liste de leurs solliciteurs de dons. Mais ils refusent de la rendre publique tout de suite.
L’identification des détenteurs de certificat de solliciteur a été un élément central de la commission Charbonneau. Savoir qui collectait a souvent permis de comprendre le côté obscur du financement politique.
Plusieurs solliciteurs étaient des dirigeants d’entreprises qui pouvaient obtenir des contrats publics, par exemple Marc-Yvan Côté (Roche), Rosaire Sauriol (Dessau), Paolo Catania (Construction F. Catania) ou Riadh Ben Aïssa (SNC-Lavalin).
En sous-traitant la sollicitation à des hommes d’affaires, «le financement des partis se trouve lié au maintien de relations d’affaires et, de façon encore plus troublante, à l’approbation d’extras», a écrit France Charbonneau, qui juge que cette situation «soulève la question des intérêts que pouvaient avoir des représentants d’entreprise à s’acquitter d’une telle tâche [...] bénévole».
Toujours un secret
Malgré toutes les horreurs révélées par la commission Charbonneau, la liste des solliciteurs demeure un secret que les partis ne partagent pas avec le public.
Le Directeur général des élections (DGE) peut y avoir accès, mais uniquement en cas de «vérification» et d’«enquête». Pourtant, les dons politiques sont publics, rappelons-le.
«Le gouvernement est ouvert à examiner cette possibilité et cette question pourrait être abordée lors des rencontres du comité consultatif du DGE», a fait savoir le cabinet de la ministre de la Réforme des institutions démocratiques, Rita De Santis.
« Surpris » à la CAQ
Du côté de la Coalition avenir Québec, on se montre «surpris» de constater que les partis ne sont pas déjà obligés de transmettre la liste des solliciteurs au DGE.
«Depuis la création du parti, chaque fois qu’il y a une signature d’un certificat de solliciteur, on envoie une copie au DGE. Je suis surpris d’apprendre que les autres formations politiques ne le font pas. Cette transparence est plus que souhaitable», explique le député caquiste Benoît Charrette, soulignant que son parti sera le premier à transmettre la liste dès que le DGE l’autorisera.
Enfin, le Parti québécois se dit aussi disposé à discuter et à étudier cette proposition avec le DGE. «Lorsque ces discussions seront terminées et que la règle sera la même pour tous, la liste des solliciteurs du Parti québécois sera publique», explique l’attaché de presse Yannick Grégoire.
Aucun parti n’a accepté, pour l’instant, de nous transmettre la liste de ses solliciteurs.