mardi, avril 05, 2016

Jean Charest voit de bons arguments en faveur d'une constitution pour le Québec

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/

PUBLIÉ LE LUNDI 4 AVRIL 2016 À 19 H 51
L'ex-premier ministre du Québec, Jean Charest
L'ex-premier ministre du Québec, Jean Charest
Jean Charest est d'avis qu'il y a des arguments solides pour l'adoption d'une constitution pour le Québec, et qu'elle aurait même possiblement empêché le Parti québécois de présenter sa controversée charte des valeurs.
LA PRESSE CANADIENNE
L'ex-premier ministre libéral a tenu ces propos à l'occasion d'une allocution à la faculté de droit de l'université américaine Yale, fin mars, lors d'un symposium intitulé : « Est-ce que le Québec a besoin d'une constitution écrite? » Les remarques de M. Charest, en anglais, ont été mises en ligne par le centre de diffusion de l'université.
Il a dit avoir accepté l'invitation de prononcer cette conférence parce que le contexte actuel est « intéressant » et aussi à la lumière d'un événement récent « qui lui a donné des raisons de s'inquiéter », soit la charte des valeurs de l'ancien gouvernement péquiste de Pauline Marois.
« L'une des questions qui m'est [alors] venue à l'esprit était : est-ce que cela se serait produit s'il y avait eu une constitution au Québec? » a-t-il dit.
Selon lui, une constitution pour la province ne pourrait être adoptée qu'après un référendum à ce sujet.
Pour cette raison, M. Charest, qui s'est décrit dans sa conférence comme « le général en temps de guerre » contre le référendum de 1995, n'aurait pu présenter de référendum sur une constitution pour le Québec.
La population aurait été confuse, a-t-il affirmé, y voyant un obstacle qui n'aurait vraisemblablement pas été surmonté.
Mais au-delà de cet enjeu, il y a lieu de se demander si une constitution serait une bonne chose pour le Québec, a-t-il expliqué.
« Sur de nombreux points, il y a des arguments solides et rationnels qui peuvent être faits en faveur d'une bonne constitution provinciale écrite », a dit M. Charest.
Et si une telle constitution avait existé en 2013, lorsque le projet péquiste de charte des valeurs a été déposé à l'Assemblée nationale, elle aurait peut-être pu empêcher un tel projet, qualifié par M. Charest d'offensant. Ou elle aurait à tout le moins permis de formuler des arguments plus solides pour s'y opposer, a-t-il fait valoir.
Également, une constitution provinciale aurait peut-être aidé les Québécois à renforcer leur sens d'identité, « ce qui sera toujours une préoccupation », a avancé celui qui a dirigé le Québec de 2003 à 2012.
M. Charest n'a pas détaillé le contenu d'une constitution québécoise. Tout au plus a-t-il suggéré certaines lois qui pourraient y être intégrées, comme la Charte de la langue française et la Charte québécoise des droits et libertés de la personne.
Mais les bonnes circonstances doivent exister pour qu'une telle discussion ait lieu, a précisé l'ancien premier ministre, qui continue de faire l'apologie du fédéralisme.
« Je ne vois pas ce jour à l'horizon », a-t-il dit.
Et jusqu'à ce que ce jour arrive, M. Charest recommande de travailler avec les outils qui existent actuellement.