jeudi, avril 07, 2016

Financement du PLQ: l'objectif était de 150 000$ pour certains ministres

http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/

Publié le 06 avril 2016 à 18h53 | Mis à jour le 06 avril 2016 à 18h53
Sam Hamad, qui s'est retiré de ses fonctions... (PHOTO YAN DOUBLET, ARCHIVES LE SOLEIL)
PHOTO YAN DOUBLET, ARCHIVES LE SOLEIL
Sam Hamad, qui s'est retiré de ses fonctions de président du Conseil du trésor samedi dernier, avait récolté 156 000 $ en contributions politiques en 2009.

La Presse Canadienne
QUÉBEC
Le Parti libéral du Québec avait fixé à certains ministres, dont Nathalie Normandeau et Sam Hamad, des objectifs de financement plus élevés que le seuil de 100 000 $ connu jusqu'ici, rapporte Radio-Canada.
En 2009, au total, cinq ministres avaient pour but d'atteindre 150 000 $, ce que trois ont même réussi à dépasser, a indiqué Radio-Canada mercredi dans un reportage.
Parmi ces cinq membres du gouvernement de Jean Charest, M. Hamad, au centre d'une controverse actuellement, est le seul encore en poste.
En 2009, M. Hamad, qui s'est retiré de ses fonctions de président du Conseil du trésor samedi dernier, avait récolté 156 000 $ en contributions politiques.
La palme, cette année-là, est revenue à Lawrence Bergman, député de D'Arcy McGee, qui a amassé la plus grosse somme, soit 215 000 $.
Tony Tomassi, alors ministre de la Famille, arrive deuxième au classement. Il a recueilli un peu plus de 164 000 $ dans sa circonscription de Lafontaine, à Montréal.
Raymond Bachand, qui était député d'Outremont en 2009, a recueilli 146 000 $ et n'a donc pas atteint son objectif, tout comme Mme Normandeau, qui devra répondre d'accusations prochainement relativement à des allégations de trafic d'influence.
Cette année-là, Mme Normandeau avait raté la cible financement malgré un total de 115 000 $.
En 2009, Norman MacMillan, alors membre du gouvernement libéral, avait été le premier à révéler qu'un objectif de 100 000 $ avait été fixé aux ministres.
Cette information avait ensuite été confirmée par plusieurs de ses collègues.
Selon Radio-Canada, le PLQ a réagi à la diffusion de ces nouvelles révélations en plaidant qu'aucun de ses documents officiels ne faisait mention de cette cible.
À Québec, la députée caquiste Nathalie Roy a accusé les libéraux d'avoir menti en dissimulant que certains ministres avaient des objectifs supérieurs à 100 000 $.
« On rit des gens en pleine face, on leur a menti plus d'une fois, et plusieurs ministres qui sont assis là actuellement disaient avoir des objectifs de 100 000 $ », a-t-elle dit.