lundi, mars 14, 2016

Un salaire annuel de 3,9 millions $ pour la patronne de Desjardins

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/

Mise à jour il y a 42 minutes  La Presse Canadienne
La présidente et chef de la direction du Mouvement Desjardins, Monique Leroux
La présidente et chef de la direction du Mouvement Desjardins, Monique Leroux  Photo :  PC/Clément Allard

Les cinq membres de la haute direction du Mouvement Desjardins ont vu leur rémunération globale progresser de 7,3 % pour s'établir à 9,25 millions $ au cours de l'exercice 2015.
Sa présidente et chef de la direction, Monique Leroux, dont le deuxième et dernier mandat vient à échéance le 8 avril, a vu la sienne atteindre 3,9 millions $, en hausse de 6,6 %.
Le salaire total des hauts dirigeants tient compte de divers éléments, dont le salaire de base, les diverses primes ainsi que la valeur du régime de retraite.
En excluant la valeur du régime de retraite de Mme Leroux, celle-ci a touché une rémunération directe totale de 2,66 millions $ en 2015, année où les excédents de la coopérative ont frôlé les 2 milliards $.
Son salaire de base a été de 1,27 million $, en progression de 6,4 % comparativement à 2014.
Ces informations figurent parmi des documents déposés auprès des autorités réglementaires la semaine dernière par le plus grand groupe financier coopératif au pays.
Par ailleurs, Mme Leroux aura droit à une « allocation » de 571 612 $ qui lui sera versée à la fin de son mandat.
Un porte-parole, André Chapleau, a indiqué qu'il s'agissait de bénéfices antérieurs qui remontent avant son élection, en 2008, et auxquels la dirigeante du Mouvement Desjardins avait droit.
« Le conseil a décidé de lui remettre la somme, a-t-il expliqué au cours d'un entretien téléphonique. Ce n'est pas une indemnité de départ. »
Le montant octroyé à Mme Leroux jusqu'au 8 avril ainsi que pour la période de trois mois au cours de laquelle elle épaulera son successeur, qui sera élu ce samedi, sera divulgué l'an prochain.
Excédents de 1,96 milliard $
Le premier vice-président pour les services aux entreprises, Stéphane Achard, vient au deuxième rang derrière Mme Leroux au chapitre de la rémunération globale. Pour 2015, elle s'élève à près de 1,4 million $, en progression de 6,6 %. Son salaire direct total a été de 1,27 million $.
De son côté, le premier vice-président et chef des finances, Daniel Dupuis, a vu sa rémunération globale s'établir à 1,2 million $, en hausse de 6,8 %.
Par ailleurs, les salaires et avantages sociaux ont atteint 48,5 millions $ en 2015 au Mouvement Desjardins, ce qui représente une hausse de 8,6 % par rapport à 2014.
« Cette augmentation des frais associés au personnel s'explique notamment par la hausse de la charge de retraite et l'indexation annuelle des salaires », peut-on lire dans les documents.
Au cours de l'exercice 2015, le Mouvement Desjardins a vu ses excédents avant ristournes progresser de 23 % pour atteindre 1,96 milliard $.
Néanmoins, cela ne fera pas grimper les ristournes versées aux membres, qui, après avoir atteint 217 millions $ en 2015, devraient plutôt osciller dans une fourchette de 150 à 160 millions $.
Prochain président connu samedi
On connaîtra le successeur de Mme Leroux ce samedi, puisque le collège électoral de la coopérative se réunira à Lévis pour choisir entre les trois candidats ayant déposé leur candidature.
Il s'agit de l'homme d'affaires et ex-chef du Bloc québécois Daniel Paillé, de Guy Cormier, premier vice-président du réseau des caisses et des services aux particuliers, et de Robert Ouellette, premier vice-président aux technologies et au centre de services partagés.
C'est la première fois depuis 2000, soit depuis la mise en place du nouveau processus électoral, qu'un candidat externe tente de se faire élire aux commandes du Mouvement Desjardins.