lundi, mars 21, 2016

Québec abolit l'organisme chargé d'évaluer les actions du ministre Barrette

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le lundi 21 mars 2016 à 17h19. Modifié par Jacques Thériault à 18h32.
Québec abolit l'organisme chargé d'évaluer les actions du ministre Barrette
Gaétan Barette, ministre de la Santé et des Services sociaux/Twitter
QUÉBEC - Le chien de garde de la santé au Québec vient d'être bâillonné.

Le gouvernement Couillard a choisi d'éliminer, en catimini, dans son dernier budget, le poste de Commissaire à la santé et au bien-être.
Cet organisme, qui regroupait une douzaine de chercheurs, avait pour mandat d'évaluer, en toute indépendance, l'efficacité et la pertinence des politiques et programmes adoptés par le ministre de la Santé.

Il disparaît, après une décennie d'études et de rapports étoffés, souvent critiques, publiés annuellement sur la gestion du réseau de la santé.

Curieusement, c'est le premier ministre Philippe Couillard lui-même, alors ministre de la Santé, qui avait créé cette institution en 2006, à la suite d'un engagement électoral des libéraux de Jean Charest au scrutin de 2003.

Le ministre actuel, Gaétan Barrette, vient donc abolir aujourd'hui ce que M. Couillard décrivait comme un des piliers de sa réforme à venir, devant ?jouer un rôle important? pour améliorer l'accès aux soins de santé et augmenter leur qualité.

En 2006, M. Couillard parlait de cette initiative comme d'un ?développement majeur? pour assurer la qualité du réseau de la santé, d'autant plus qu'il s'agissait, dans son esprit, de créer un organisme impartial et totalement indépendant du gouvernement. Il vantait la formule choisie, gage ?d'imputabilité et de transparence quant aux résultats?.

Dix ans plus tard, le refrain est totalement différent. Le gouvernement Couillard ne juge plus nécessaire d'avoir un tel chien de garde, pour examiner, évaluer et critiquer ses performances en santé.

Le commissaire en poste depuis 2006, Robert Salois, est encore sous le choc. Il dit n'avoir rien vu venir. En entrevue téléphonique lundi, il a déploré la façon cavalière dont il a appris la nouvelle, sans explication ou justification, par un fonctionnaire, la veille de la présentation du budget jeudi dernier.

«C'est l'indépendance de notre institution qui lui donne sa pertinence et sa force», soutient M. Salois. «On a de la misère à comprendre ce qui nous arrive. On ne comprend pas la décision», dit le commissaire, qui se perd en conjectures.

«Est-ce qu'on est puni parce qu'on est trop bon? Est-ce qu'on est puni parce qu'on a abordé des sujets qui étaient trop "touchys"? Qui dérangeaient?», s'interroge M. Salois.

Le travail effectué par l'équipe du Commissaire sera rapatrié au ministère de la Santé et à l'Institut national d'excellence en santé et en services sociaux.

La critique de l'opposition officielle en santé, Diane Lamarre, se dit inquiète devant ce tournant ?dangereux?.

«C'est la loi du silence» que veut imposer le ministre, a-t-elle déploré en point de presse.

Elle en conclut que le ministre Barrette cherche à «faire taire d'autres voix que les siennes», ne voulant pas reconnaître qu'il n'est ?pas seul à avoir la vérité absolue?.

On ne sait pas quel sort sera réservé aux études et rapports qui étaient en préparation. Parmi eux, notons les sujets suivants, tous d'actualité: la performance comparée des urgences d'hôpitaux, le régime des plaintes, la qualité de l'hébergement des personnes âgées, le panier de services et le mode de rémunération des médecins.

«On avait une table pleine» de sujets d'intérêt à explorer, d'une importance «cruciale» pour améliorer la performance du système, fait valoir M. Salois.

La décision n'est pas de nature financière puisque le gouvernement n'épargnera pas un sou en abolissant cet organisme, qui fonctionne avec un petit budget de 2,5 millions $. Le personnel fait partie de la fonction publique et M. Salois, âgé de 72 ans, qui était en fin de mandat, avait prévu prendre sa retraite incessamment.

Le porte-parole de Québec solidaire, Amir Khadir, s'est dit lui aussi «vivement inquiet» de la tendance du ministre Barrette à concentrer beaucoup de pouvoirs entre ses mains. La décision constitue selon lui «un recul désolant qui illustre bien à quel point les prétentions à la transparence du gouvernement sont vides de sens».

«La volonté du gouvernement libéral ne fait aucun doute: censurer une voix indépendante qui ne se gênait pas pour informer le public sur les lacunes du système de santé», conclut-il.

«Le ministre n'aime pas l'image que ça lui renvoie. Il fait ni une ni deux et casse le miroir», renchérit le porte-parole caquiste en santé, François Paradis. Il note que cette organisation avait prouvé son indépendance, son intégrité et son utilité pour fournir «un portrait réel et réaliste de notre réseau» de santé.

L'Association médicale du Québec, qui regroupe environ 10 000 médecins, a joint sa voix aux partis d'opposition pour dénoncer la décision gouvernementale.