mardi, mars 22, 2016

Le PLQ contredit Jean-Marc Fournier

http://www.journaldemontreal.com/

L’élu libéral prétend que le Parti oblige toujours ses ministres à récolter 15 000$ par année


«Est-ce qu'au Parti libéral il existe toujours des objectifs de financement pour les ministres en ce moment?» a demandé un journaliste au ministre Jean-Marc Fournier le 24 novembre 2015. « Ils sont autour de 15 000 $ par année maintenant» a-t-il répondu.

MISE à JOUR 
Le Parti libéral du Québec contredit Jean-Marc Fournier quant aux objectifs de financement imposés aux ministres du gouvernement Couillard.
«Est-ce qu'au Parti libéral il existe toujours des objectifs de financement pour les ministres en ce moment?» a demandé un journaliste au ministre Jean-Marc Fournier le 24 novembre 2015. « Ils sont autour de 15 000 $ par année maintenant» a-t-il répondu. Le ministre des Institutions démocratiques s’était dit favorable aux conclusions du rapport de la commission Charbonneau, en novembre dernier.
M. Fournier avait également confié que les ministres libéraux devaient toujours recueillir 15 000 $ par année pour financer les activités du PLQ.
Sous l’ère Charest, les ministres devaient amasser chacun 100 000 $, une pratique passablement critiquée par le rapport Charbonneau.
Les quotas de financement pour les ministres libéraux, c’est terminé depuis «plusieurs années», soutient le porte-parole du parti, Maxime Roy, qui est toutefois incapable de mettre une date sur la fin de cette pratique. À l’heure actuelle, les 125 associations de circonscription ont des cibles oscillant entre 5000 et 10 000 $. «Que tu sois député ou ministre, il n’y a pas d’objectif supplémentaire», insiste-t-il.
Autres partis
Au Parti québécois, les objectifs de financement des associations de comté ont également connu une baisse. L’an dernier, les cibles allaient de 5000 à
25 000 $, dépendamment de la circonscription. Au Conseil national de février, les militants ont opté pour des objectifs plus modestes: entre 2000 et 15 000 $, précise le député péquiste Mathieu Traversy. L’objectif national du PQ, qui a des dettes, est d’amasser un million $ en dons politiques.
Chez les caquistes, ce sont les comités d’action locaux des différentes circonscriptions qui établissent une cible de financement. Selon une source caquiste, les comtés doivent récolter entre 500 et 5000 $ par année.
Dans les rangs solidaires, on n’a pas «d’objectif» en soi, si ce n’est le minimum de contributions requis de 220 000 $ pour bénéficier de l’aide du Directeur général des élections.
Des millions d’argent public
Depuis 2012, la limite des dons par électeur aux partis politiques a été réduite à 100 $. Le financement public occupe désormais une part prépondérante du financement. Il est calculé en fonction du pourcentage des votes aux dernières élections obtenu par une formation politique.
En 2015, le DGEQ a versé 4 millions $ au PLQ, 2,6 millions $ au PQ, 2,3 millions $ à la CAQ et près d’un million $ à QS.

FINANCEMENT PUBLIC DES PARTIS POLITIQUES EN 2015

PLQ: 4 M$
PQ: 2,6 M$
CAQ: 2,3 M$
QS: 954 000 $

FINANCEMENT PUBLIC DES PARTIS POLITIQUES PENDANT LES ANNÉES ÉLECTORALES

PLQ: 6,8 M$
PQ: 4,3 M$
CAQ: 3,9 M$
QS: 1,6 M$