mardi, mars 29, 2016

Jean Lapierre: la mort tragique d'un homme de passion

http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/politiqueprovinciale/

L'analyste Jean Lapierre présente l'autobus «L'Express Québec 2012» qui a servi à la couverture des élections provinciales 2012, le 31 juillet 2012.
QUÉBEC -  L'annonce du décès subit et tragique du chronique et analyste politique Jean Lapierre a suscité de vives et nombreuses réactions venues de toutes les sphères politiques et sociales.
Le maire de Montréal, Denis Coderre, un des anciens collègues de Jean Lapierre, peinait à retenir ses larmes. «Il avait su redéfinir le mot incontournable. C'était quelqu'un qui aimait la politique, mais c'était avant tout un communicateur né», a-t-il confié, complètement bouleversé par cette tragédie.
Mario Dumont, qui comme Jean Lapierre est passé de la politique à la vie médiatique, n'a eu besoin que de quelques mots pour traduire sa pensée: «Une énorme tristesse. Un homme de cœur».
Ce départ brutal a causé une véritable commotion à l'Assemblée nationale du Québec.
Le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, a fait observer: «Nous n'entendrons plus avec sa voix et ses histoires. Salut Salut! Triste nouvelle que celle du départ d'un gars exceptionnel. Mes sincères condoléances aux enfants et aux proches de Jean Lapierre et Nicole Beaulieu. Une pensée pour la mère de Jean».

IL CONNAISSAIT TOUT LE MONDE

François Legault, chef de la Coalition avenir Québec s'est aussi dit atterré par cette nouvelle, lui qui avait connu de bonnes soirées avec Jean Lapierre et sa conjointe Nicole. «J'ai eu tellement de plaisir avec Nicole et Jean, deux passionnés de la vie. On perd un gros morceau», a-t-il confié sur les ondes de TVA Nouvelles.
Il a ajouté, qu'il était «le premier au courant de toutes les nouvelles. Il connaissait tout le monde. Il m'a aidé à trouver des personnes que j'ai engagées à la CAQ.»
Chez Québec solidaire, Françoise David a aussi souligné la mémoire d'un homme qui a su faire partie du quotidien de milliers de Québécois. «Mes pensées sont avec les membres de la famille Lapierre qui vivent une terrible tragédie. Le Québec perd une grande voix».
La ministre québécoise de l'Économie, Dominique Anglade, avait parlé à Jean Lapierre mardi matin, quelques minutes avant qu'il ne prenne son avion vers les Îles-de-la-Madeleine, pour porter réconfort à sa mère, après le décès de son père survenu la veille. «J'échangeais avec lui ce matin sur la mort. Le fier Madelinot nous a quittés. Sincères pensées aux enfants».

SOUS LE CHOC

Les échos de cet écrasement ont résonné jusqu'à Ottawa. Le chef du NPD, Thomas Mulcair a s'est dit «sous le choc après le décès tragique de Jean Lapierre et de plusieurs de ses proches. Nos condoléances à sa famille durement éprouvée».
À l'hôtel de ville de Montréal, le chef intérimaire de Projet Montréal, Luc Ferrandez a parlé pour sa part d'un «homme qui nous expliquait les dessous de la politique chaque jour».
L'analyste politique, connu pour son langage coloré et ses contacts bien informés dans les sphères politiques, est décédé subitement, mardi, à l'âge de 59 ans, dans l'écrasement d'un petit avion aux Iles-de-la-Madeleine.