jeudi, mars 17, 2016

Arrestations par l'UPAC: le Parti libéral a changé, dit Philippe Couillard

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le jeudi 17 mars 2016 à 11h02. Modifié par 98,5 fm à 12h12.
Arrestations par l'UPAC: le Parti libéral a changé, dit Philippe Couillard
QUÉBEC - Les arrestations de membres influents du Parti libéral du Québec et de l'ancienne vice-première ministre Nathalie Normandeau n'ont rien à voir avec la situation actuelle, a déclaré jeudi le premier ministre Philippe Couillard.
M. Couillard a insisté sur les réformes apportées ces dernières années aux règles de financement des partis politiques, qui ont changé le contexte.

Selon le premier ministre, l'abaissement du seuil maximal de contribution à 100 $ a été un élément déterminant qui a changé les façons de faire.

Lors d'un point de presse, M. Couillard a affirmé que les personnes arrêtées jeudi matin par l'Unité permanente anticollusion (UPAC) ont mené leurs activités dans un autre contexte.

Sans vouloir minimiser l'importance de l'événement, le premier ministre a souligné que cette rafle souligne l'indépendance des services policiers.

M. Couillard a reconnu l'impact de l'arrestation de Mme Normandeau, tout en limitant sa réaction à celle requise par ses fonctions.

«C'est certain qu'on voit l'aspect personnel mais étant donné mon rôle et mes fonctions, ma remarque doit se limiter à saluer l'indépendance du processus, la qualité également des actions menées par ces organismes là et souhaiter que justice soit faite avec tous les principes que ça comprend dans notre société», a-t-il dit.

Dans un échange avec la presse parlementaire, M. Couillard a déclaré que ces arrestations témoignent d'une autre époque.

«Le parti que je dirige actuellement a une pratique exemplaire en financement politique, on fait du financement populaire», a-t-il dit.

La députée de Québec solidaire Françoise David a affirmé que la déclaration de M. Couillard était prématurée, dans le contexte où des ministres en fonction actuellement étaient soumis aux anciennes exigences de récolter 100 000 $ en dons chaque année.

«C'est certainement prématuré de dire que ça n'a aucun rapport avec le Parti libéral actuel puisqu'il y a aujourd'hui à l'Assemblée nationale des députés et des ministres qui étaient là à cette époque-là, a-t-elle dit. Alors, on verra. Moi, je ne veux préjuger de rien, mais on verra, là, il y a quand même des gens qui sont encore là, il y a des ministres à 100 000 $ qui sont encore là.»

Selon Mme David, il ne faut pas exclure la possibilité que l'UPAC effectue d'autres arrestations.

«Je vous rappelle qu'il y avait quand même pas mal de gens du Parti libéral qui avaient été nommés dans le rapport de la commission Charbonneau, a-t-elle dit. Est-ce que toutes ces personnes vivront une arrestation? Nous n'en savons rien.»

Le député péquiste Pascal Bérubé a estimé que les arrestations de sept personnes, dont l'ex-ministre libéral Marc-Yvan Côté, est sans précédent.

«Ce matin, c'est spectaculaire, on n'a jamais vu ça de mémoire de politicien et de journalistes», a-t-il dit.