mercredi, février 24, 2016

Quel rendement pour la Caisse de dépôt et placement?

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/

Mise à jour le mercredi 24 février 2016 à 8 h 53 HNE
Michael Sabia, président et chef de la direction de la Caisse de dépôt et placement du Québec
Michael Sabia, président et chef de la direction de la Caisse de dépôt et placement du Québec  Photo :  PC/Ryan Remiorz

C'est à 11 h ce matin que la Caisse de dépôt et placement du Québec dévoilera comment elle a réussi à faire fructifier les avoirs des régimes de retraite et d'assurance des Québécois pour l'année 2015, qui a été marquée par la volatilité des marchés boursiers.
En août, l'institution a déclaré un rendement de 5,9 % pour les six premiers mois de l'année, dépassant de 0,7 point de pourcentage son indice de référence. Son actif net s'établissait à 240,8 milliards de dollars, en hausse de 6,6 % par rapport au 31 décembre 2014.
Le président et chef de la direction Michael Sabia avait qualifié ces résultats de « bon départ », bien que le rendement de la Caisse était inférieur à celui de 6,7 % enregistré lors des six premiers mois de 2014.
Il s'interrogeait alors sur la progression à venir des marchés après six ans d'expansion, d'autant plus que les banques centrales n'avaient « plus beaucoup de munitions » pour stimuler l'économie et que le rôle de « locomotive » joué par la Chine s'estompait.
Sans se prononcer sur le rendement de la Caisse pour les six derniers mois de l'année, il admettait qu'elle devrait « travailler plus fort ».
En 2014, la Caisse a enregistré un rendement de 12 %, en légère baisse par rapport à celui de 13,1 % déclaré l'année précédente. Dans les deux cas, ces résultats étaient supérieurs à son indice de référence d'environ un demi-point de pourcentage.
Lors du dévoilement des résultats de la Caisse en 2014, M. Sabia disait avoir confiance en la stratégie d'investissement de la Caisse « bâtie pour gérer les risques de la situation actuelle dans le monde, avec beaucoup d'incertitudes, beaucoup de risques ».
Le rendement de la Caisse pour les dix dernières années s'établissait alors à 6,5 %, ce qui demeurait inférieur au seuil de 7 % qui est considéré nécessaire pour répondre aux besoins des déposants à long terme. Ce résultat est plombé par la perte de 40 milliards de dollars enregistrée en 2008.
Le saviez-vous?

La Caisse dessert 32 déposants, mais 8 d'entre eux détiennent 97 % de son actif net. Ses plus importants clients sont le régime de retraite des employés du gouvernement et des organismes publics, le ministère des Finances et Retraite Québec.
Un rôle en évolution
Le rôle de la Caisse de dépôt, qui consiste traditionnellement à faire fructifier les avoirs de ses déposants et à développer l'économie du Québec, a évolué au cours de la dernière année, après qu'elle se soit engagée à gérer de grands projets d'infrastructures en partenariat avec le gouvernement.
En vertu d'une entente dévoilée en janvier, Québec doit présenter à la Caisse des projets d'infrastructures qu'elle pourrait prendre en charge. L'institution doit choisir les projets intéressants et en assumer la planification, le financement, la mise en oeuvre et l'exploitation.
Cet accord prévoit en priorité la réalisation du projet de système de transport collectif sur le nouveau pont Champlain et d'un système de transport reliant le centre-ville de Montréal à l'ouest de l'île. Ces deux projets nécessiteront un financement totalisant 5 milliards de dollars.
La Caisse a aussi annoncé en novembre dernier un investissement 2 milliards de dollars pour mettre la main sur 30 % des actions de BT Hodco, une nouvelle entité créée par Bombardier pour gérer les activités de Bombardier Transports.
Elle n'a cependant pas investi dans le programme de la C Series de Bombardier, comme l'a fait Québec. « Ça ne faisait pas partie de notre plan de match », a déclaré Michael Sabia dans une conférence téléphonique portant sur l'investissement dans la division transports de la firme québécoise.