vendredi, février 05, 2016

Passe d'armes entre Clinton et Sanders avant le New Hampshire

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International/

Mise à jour le vendredi 5 février 2016 à 3 h 27 HNE
Bernie Sanders et Hillary Clinton débattent à l'Université du New Hampshire, le 4 février 2016.
Bernie Sanders et Hillary Clinton débattent à l'Université du New Hampshire, le 4 février 2016. 
Photo :  Mike Segar / Reuters

À cinq jours de la primaire du New Hampshire, Hillary Clinton et Bernie Sanders se sont affrontés jeudi dans un débat d'une intensité inédite depuis le début de la course à l'investiture démocrate.
Le sénateur du Vermont, Bernie Sanders, devance Hillary Clinton dans les intentions de vote en vue de cette primaire démocrate, ce qui a semblé donner un regain d'énergie à l'ex-première dame, en tête des intentions de vote nationales.
Lors de ce face-à-face, le premier depuis le retrait de Martin O'Malley, les deux candidats se sont efforcés de marquer leur différence, Sanders accusant sa rivale de représenter l'élite américaine, tandis qu'il se drapait dans l'habit du « salarié américain ordinaire ». Et il n'a pas manqué de souligner que la campagne de Clinton a reçu de nombreux dons en provenance de grandes institutions de Wall Street.
L'ancienne secrétaire d'État a jugé « assez amusant » d'être qualifiée de candidate de « l'establishment » alors qu'elle est la première femme à solliciter un mandat présidentiel aux États-Unis.
Les candidats ont tour à tour tenté de s'afficher comme le plus progressiste. Alors que Sanders expliquait que son élection provoquerait une « révolution politique », Clinton a remis en question sa capacité à gouverner avec un Congrès dominé par les républicains.
« Un progressiste est quelqu'un qui réalise des progrès », a-t-elle dit, extirpant des archives les choix effectués par Sanders lorsqu'il était sénateur. Ce dernier a notamment voté en 1993 contre la loi Brady, un texte instaurant un système strict de vérifications individuelles pour l'achat d'armes à feu.
Il a également apporté son soutien en 2005 à une loi mettant les fabricants d'armes à feu et leurs distributeurs à l'abri de poursuites judiciaires.
« Si vous voulez coller des étiquettes, je ne pense pas qu'il était particulièrement progressiste d'avoir, à cinq reprises, voté contre la loi Brady, a-t-elle lancé. Je ne pense pas qu'il était progressiste d'offrir une immunité aux fabricants et aux vendeurs d'armes. »
Sanders a de son côté rappelé que Clinton a voté en 2002 pour l'intervention américaine en Irak qui a, selon lui, contribué à l'essor du groupe armé État islamique.
« Bon, nous n'étions pas d'accord », a concédé Clinton avant d'expliquer qu'il était préférable de réfléchir au combat contre l'État islamique plutôt que se pencher sur ses choix passés.