mardi, février 23, 2016

Damas accepte le projet de cessez-le-feu russo-américain

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International/

Radio-Canada avec Reuters et Agence France-Presse
Une photo publiée sur la page Facebook de Bachar Al-Assad le montre avec Vladimir Poutine
Une photo publiée sur la page Facebook de Bachar Al-Assad le montre avec Vladimir Poutine.

La Syrie a annoncé mardi qu'elle accepte l'accord de cessez-le-feu russo-américain, qui doit entrer en vigueur samedi, à minuit, heure locale. Le Haut Comité de négociations (HCN), qui regroupe certains groupes rebelles, avait également approuvé le plan lundi.
« La République arabe syrienne annonce qu'elle accepte la cessation des hostilités », a indiqué mardi le ministère syrien des Affaires étrangères dans un communiqué parvenu à l'Agence France Presse.
Damas spécifie qu'il poursuivra les « opérations militaires pour lutter contre le terrorisme de Daech (l'État islamique, NDLR), le Front al-Nosra et les autres groupes terroristes qui leur sont liés, conformément à l'annonce russo-américaine ».
« Le gouvernement syrien est prêt à coordonner avec le côté russe pour déterminer quelles sont les régions et les groupes armés qui feront l'objet de la cessation du cessez-le-feu », précise encore le ministère.
Le régime du président Bachar Al-Assad souligne aussi l'importance que revêt à ses yeux le bouclage des frontières et l'arrêt de l'aide apportée aux groupes armés par des puissances étrangères.
Il se réserve d'ailleurs le droit de répliquer à la moindre des violations du cessez-le-feu par des groupes armés visant des civils ou les forces gouvernementales.
Qui sont les « autres groupes terroristes »?
La référence aux « autres groupes terroristes » liés à l'EI ou au Front Al-Nosra est nébuleuse, dans la mesure où le régime de Bachar Al-Assad utilise ce terme pour désigner indistinctement tous ceux qui s'opposent à lui.
L'exclusion de l'accord de cessez-le-feu du Front al-Nosra, un groupe affilié à Al-Qaïda, alimente d'ailleurs un certain scepticisme parmi les opposants au régime, puisque ce dernier a collaboré avec d'autres groupes rebelles dans plusieurs régions au sein de ce qui a été appelé l'Armée de la conquête.
« Al-Nosra est une composante essentielle de l'opposition (armée). Celle-ci n'acceptera pas qu'al-Nosra soit bombardé et si elle l'accepte, elle perdra une importante force sur le terrain », commente Rana, une pharmacienne de Damas.
« Cet accord russo-américain, c'est une mascarade », écrit un autre militant de la capitale, Zein Al-Basha, sur sa page Facebook. « Les milices alliées du régime [...] seront à l'abri de tout acte hostile, mais eux auront le droit d'attaquer les zones contrôlées par Al-Nosra et l'EI.
Le HCN, qui est parrainé par l'Arabie saoudite et la Turquie, avait annoncé lundi qu'il acceptait ce cessez-le-feu à condition que les dispositions de la résolution 2254 du Conseil de sécurité de l'ONU, soient respectées, notamment celles prévoyant un accès aux civils dans 18 zones assiégées et la livraison d'aide humanitaire.
Syrie : l'engrenage de la guerre
Moscou assure qu'il « fera le nécessaire »
Au terme d'un entretien lundi son homologue américain, le président russe Vladimir Poutine avait assuré lundi que son pays, allié militaire de Damas, « fera le nécessaire » pour que le régime respecte l'interruption des combats. Il disait aussi espérer que les États-Unis « feront la même chose » avec les groupes rebelles.
Par la voix de son vice-premier ministre Numan Kurtulmus, la Turquie a salué mardi le projet de cessez-le-feu, tout en soulignant les doutes d'Ankara sur les opérations que les forces russes pourraient mener contre l'opposition modérée et les civils, et sur les chances de succès des discussions portant sur la transition politique.
Alors que la résolution 2254 prévoyait la tenue d'élections législatives dans 18 mois, le président Bachar Al-Assad a annoncé lundi qu'il en organiserait dès le 13 avril dans tout le pays.
À Paris, le nouveau chef de la diplomatie française, Jean-Marc Ayrault, a estimé que l'accord américano-russe constitue « une annonce positive ». « Mais évidemment, nous sommes attentifs à sa mise en oeuvre. »
À Londres, le secrétaire au Foreign Office, Philip Hammond, a déclaré disposer d'éléments inquiétants laissant penser que les Kurdes de Syrie se coordonnent avec le régime syrien et avec l'armée de l'air russe.
« Nous recueillons depuis quelques semaines des éléments inquiétants montrant qu'il y a coordination entre les forces des Kurdes de Syrie, le régime syrien et l'armée de l'air russe, qui nous mettent mal à l'aise en ce qui concerne le rôle que jouent  les Kurdes dans tout cela », a dit M. Hammond au Parlement britannique.