samedi, février 27, 2016

CONSEIL NATIONAL La machine de guerre du PQ se met en branle

27 février 2016 | Marco Bélair-Cirino à Trois-Rivières | Québec
Le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, a répété qu’il n’y a «pas énormément de choses» distinguant les programmes économiques du PQ et de la CAQ. 
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne
Le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, a répété qu’il n’y a «pas énormément de choses» distinguant les programmes économiques du PQ et de la CAQ. 
L’« École de formation » du Parti québécois, qui a ouvert ses portes vendredi, enseigne notamment que les « pays de petite taille » s’en tirent mieux.
 
« L’indépendance a eu un effet bénéfique sur la très grande majorité des nations qui l’ont choisie : une tendance forte et prometteuse pour le Québec », peut-on lire dans l’une des fiches synthèses mises en ligne dans la rubrique « Argumentaires » du portail Web de l’École de formation.
 
Économie, libre-échange, péréquation, mondialisation, production laitière, crise du logement au Nunavik, réfugiés, contrats navals, subventions au pétrole : le PQ cherche à déboulonner des mythes — ou à en entretenir, selon ses détracteurs — advenant une victoire du Oui à un troisième référendum sur l’indépendance.
 
L’état-major du PQ a donné le coup d’envoi à son « École de formation » à la veille du conseil national de la formation politique, ce week-end à Trois-Rivières. Celle-ci offrira des ateliers« permettant à nos équipes dans toutes les régions du Québec de demeurer à l’avant-garde de l’organisation et de la communication politique », a soutenu le chef péquiste, Pierre Karl Péladeau, dans une vidéo où il a le sourire accroché aux lèvres. Les militants de la formation politique peuvent déjà trouver en ligne de « nouveaux outils » afin de « sortir, parler et convaincre ».
 
Pierre Karl Péladeau pourra s’enorgueillir devant les participants du conseil national d’être parvenu à concrétiser sa promesse de mettre sur pied à la fois une École de formation et un Institut de recherche sur l’autodétermination des peuples et des indépendances nationales (IRAI).
 
Débat en vue
 
M. Péladeau, actionnaire de contrôle de Québecor, risque d’être mêlé à un débat sur une proposition de l’exécutif de la circonscription de Marguerite-Bourgeoys visant à forcer le PQ à« réaffirme[r] que l’évitement fiscal, notamment par l’utilisation de paradis fiscaux, constitue une atteinte à la justice sociale qui doit être dénoncée et combattue afin que chaque citoyen et chaque entreprise paie sa juste part d’impôt permettant de financer les programmes et les services de l’État ».
 
« Ce n’est pas moi qui contrôle le Conseil national, ce sont les militants, a soutenu M. Péladeau au cours de la semaine. Ce sont eux qui vont prendre les décisions. »
 
Les délégués péquistes devront aussi débattre d’une proposition inusitée de l’exécutif de la circonscription de Viau consistant à déposer un « projet de loi visant à faciliter le rapatriement au Québec des Canadiens français vivant dans les autres provinces du Canada depuis plus de dix ans et qui veulent continuer à vivre en français ».
 
Pour sa part, l’exécutif de Rosemont demandera au PQ de se ranger résolument en faveur d’un « mode de scrutin incluant un aspect proportionnel » à l’instar des autres partis politiques d’opposition : Québec solidaire et la Coalition avenir Québec. L’adoption d’une telle proposition facilitera certainement les efforts de convergence entre le PQ et QS puisque les solidaires en ont fait une condition sine qua non à toute discussion sur une éventuelle alliance électorale.
 
Le PQ courtise à gauche et à droite
 
Le PQ flirte auprès des sympathisants de QS, mais également auprès de ceux de la CAQ. Après s’être affiché au côté du chef caquiste, François Legault, M. Péladeau a répété qu’il n’y a « pas énormément de choses » distinguant les programmes économiques du PQ et de la CAQ. À l’instar de M. Legault, il continuera de dénoncer l’« effet libéral » sur l’économie québécoise : « 19 259 emplois perdus. »
 
M. Péladeau entend « parler économie » ce week-end, mais… À l’initiative de l’ex-militante à Option nationale Camille Goyette-Gingras, cent « jeunes et moins jeunes » ont appelé plus tôt cette semaine les délégués du PQ à « repenser » la stratégie vers l’indépendance privilégiée par leur formation politique. Ces questions de « tuyauterie » feront l’objet de discussions de couloir puisqu’elles seront débattues officiellement seulement lors du prochain congrès.