vendredi, janvier 08, 2016

Visé par une enquête policière, le maire de Montréal-Nord démissionne

http://www.ledevoir.com/politique/

8 janvier 2016 |Jeanne Corriveau | Montréal
Gilles Deguire
Photo: Archives Le DevoirGilles Deguire
Le maire de l’arrondissement de Montréal-Nord, Gilles Deguire, a remis sa démission. L’ancien policier fait l’objet d’une enquête criminelle, mais celle-ci ne serait pas liée à ses fonctions d’élu, a indiqué l’administration Coderre jeudi.

La nouvelle de la démission de M. Deguire, qui a créé une onde de choc à Montréal-Nord, avait été ébruitée par le Guide de Montréal-Nord en matinée.

Le vice-président du comité exécutif de la Ville, Harout Chitilian, a peu après confirmé les informations tout en demeurant avare de détails. « Il y a une enquête criminelle. On ne peut pas en dire plus. C’est un dossier qui est entre les mains des autorités compétentes », a expliqué M. Chitilian, en marge d’une conférence de presse à l’hôtel de ville sur le déneigement.

L’enquête ne porterait pas sur les activités de M. Deguire comme élu municipal et maire de Montréal-Nord, a-t-il tenu à préciser.

Gilles Deguire aurait fait connaître sa décision mercredi, selon M. Chitilian, mais il n’a fait aucune déclaration au sujet de son départ.

Discret depuis quelques jours, le maire Denis Coderre n’a pas commenté publiquement le départ abrupt d’un membre de son parti. Aucun autre détail sur la nature des allégations qui pèsent sur l’ancien maire d’arrondissement n’a été dévoilé, et jeudi, aucune accusation n’avait été déposée contre lui.

Ancien policier

Mairesse suppléante dans Montréal-Nord, Chantal Rossi prendra la relève de M. Deguire jusqu’à la tenue d’une élection partielle. Elle a indiqué s’être entretenue au téléphone avec M. Deguire jeudi matin. Celui-ci lui a alors annoncé sa décision. « Tout le monde est sous le choc », a-t-elle indiqué au Devoir.

« Ça fait plus de 20 ans que je connais M. Deguire. C’est et ça demeurera un ami. C’est sûr que ça ne changera pas. C’est un homme très proche des gens et de ses citoyens. Il est à l’écoute », a-t-elle ajouté.

Élu pour la première fois à la mairie de l’arrondissement de Montréal-Nord en 2009 avec Union Montréal, le parti de Gérald Tremblay, M. Deguire avait été réélu en 2013 sous la bannière d’Équipe Denis Coderre.

Avant de se lancer en politique, M. Deguire a été policier au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) pendant 30 ans, de 1969 à 1999, essentiellement sur le territoire de Montréal-Nord dans les services communautaires à la population. Il occupa ensuite les fonctions d’attaché politique au bureau de l’ancienne ministre libérale Line Beauchamp entre 1999 et 2009.

Gilles Deguire avait été éclaboussé par l’ingénieur Michel Lalonde lors des travaux de la commission Charbonneau en janvier 2013. Témoignant devant la Commission, celui-ci avait allégué que son entreprise, Genius, avait versé 2000 $ pour la campagne électorale de M. Deguire en 2009. Michel Lalonde avait affirmé avoir remis l’argent à Bernard Trépanier, ancien argentier d’Union Montréal surnommé « Monsieur 3 % », ou à l’entrepreneur Donato Tomassi.

Gilles Deguire avait aussitôt rejeté ces allégations. En réponse à un préavis de blâme de la commission Charbonneau, M. Deguire avait aussi soutenu dans une déclaration assermentée datant d’avril 2015 qu’il ne connaissait pas Michel Lalonde et qu’il n’avait jamais sollicité ni autorisé le versement d’une telle somme.

Rappelons que pendant la campagne électorale de 2013, Denis Coderre s’était fait reprocher d’avoir recruté d’anciens membres d’Union Montréal au sein de son équipe. Il avait alors déclaré que tous ses candidats avaient été soumis au « filtre Coderre » et à une série de vérifications pour s’assurer de leur intégrité.