samedi, janvier 16, 2016

Québec a fermé les yeux sur les problèmes financiers des centres de désintoxication, accuse Lisée

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/politique/

Mise à jour le vendredi 15 janvier 2016 à 14 h 55 HNE
Le centre de désintoxication Mélaric a annoncé sa fermeture cette semaine
Le centre de désintoxication Mélaric a annoncé sa fermeture cette semaine  Photo :  Centre Mélaric
Au moins trois rapports indépendants remis au gouvernement Couillard avant le 18 novembre ont conclu que sa réforme du programme d'aide sociale engendrait d'importants problèmes financiers pour les centres de désintoxication.
Des extraits de ces rapports, payés par le ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, ont été remis à la presse par le porte-parole péquiste en matière de services sociaux et de santé publique, Jean-Francois Lisée, au surlendemain de l'annonce de la fermeture du centre Mélaric de Saint-André-d'Argenteuil.
M. Lisée y voit la preuve que le gouvernement Couillard était parfaitement au courant que sa réforme allait pousser des centres à la fermeture, mais qu'il n'a rien fait pour corriger le tir.
Grâce à une demande d'accès à l'information faite par le secrétaire de l'Association provinciale des organismes en dépendances, il a été établi que 14 rapports sur des centres de désintoxication avaient été remis au ministère en date du 18 novembre.
L'un d'eux, rédigé par la firme Evolia, porte précisément sur le centre Mélaric. Il montre, selon M. Lisée, que la ministre déléguée à la Santé publique Lucie Charlebois a erré en laissant entendre que le centre avait des problèmes de gestion.
Le gouvernement n'a pas voulu réagir au dévoilement de ces études.
Des mesures qui créent un important manque à gagner
« Les dirigeants de Mélaric ont réagi rapidement à la suite des coupures dans l'aide sociale en adoptant un plan d'action efficace », après que la réforme du gouvernement est entrée en vigueur le 1er mai 2005, peut-on lire dans le rapport d'Evolia.
À cette date, les prestataires d'aide sociale en thérapie ont vu leur chèque passer de 747 $ à 200 $ par mois, de sorte qu'ils se sont trouvés dans l'impossibilité de verser les frais d'admission de 150 $ et les frais de thérapie de 400 $ qu'ils payaient jusqu'ici.
Seule une subvention d'un peu moins de 50 $ par jour par personne hébergée dans une chambre semi-privée a été versée aux centres pour couvrir les frais d'hébergement.
Le rapport conclut que le manque à gagner pour le centre Mélaric se chiffre à 262 000 $ pour les huit premiers mois de l'année 2015, et qu'il allait atteindre 525 000 $ dès 2016.
« Les réductions de revenus de 262 000 $ en 2015 découlant des décisions gouvernementales du 1er mai hypothèquent grandement la situation financière de Mélaric », conclut le rapport d'Evolia.
La firme de consultants recommandait donc d'offrir un soutien financier à Mélaric ou d'augmenter le remboursement des frais d'hébergement de 10 $ par jour.
Le centre Mélaric a finalement annoncé sa fermeture mercredi, se disant victime de la réforme de l'aide sociale du gouvernement.
« Pour que Mélaric reste ouvert, dans le fond, il faudrait que [...] le client qui est pensionnaire chez Mélaric puisse continuer à débourser le 400 $ par mois qu'il déboursait avant », a résumé l'auteure de l'étude, Julie Lépine, en entrevue à Radio-Canada.
« Mais là, c'est sûr qu'avec le chèque d'aide sociale qui diminue, le client n'a plus les moyens de payer le 400 $ par mois et le centre en a vraiment besoin, malgré les mesures de redressement. »
« Les clients, tout ce qu'ils reçoivent, c'est le chèque d'aide sociale et la majorité des clients chez Mélaric [...] - entre 90 et 95 % - sont sur l'aide sociale. Donc, c'est clair que le manque à gagner est difficile à rattraper dans ces conditions. »— Julie Lépine, auteure du rapport d'Evolia sur le centre Mélaric
Abandon massif de thérapies 
Les deux autres rapports, rédigés par la firme Gestion-Conseil Optim'Hum, suggèrent aussi au gouvernement de hausser les montants remboursés d'environ 10 $ par jour par personne. L'un porte sur le centre Caroline Roy, l'autre, sur deux centres appartenant à Toxi-Co-Gîtes 2003 Inc.
Le rapport sur le centre Caroline-Roy souligne que les prestataires d'aide sociale ont « quitté massivement » les centres après le 1er mai 2015, « soit pour avoir accès à leur pleine prestation ou par manque de revenu pour défrayer les frais de la thérapie ».
« La plupart d'entre eux ont laissé des factures non payées qu'il sera difficile de récupérer », ajoute-t-on.
« Ce qui est vraiment choquant dans tout ça, c'est que le gouvernement a la démonstration chiffrée de la catastrophe qu'ils ont provoquée », a commenté M. Lisée. « Mais c'est juste la confirmation de ce que tout le monde leur a dit depuis le jour où ils ont envisagé cette mesure-là. »
En entrevue à ICI RDI après l'annonce de la fermeture du centre Mélaric, la ministre Charlebois avait affirmé que le gouvernement Couillard ne pouvait pas verser plus d'argent aux centres étant donné la situation économique actuelle du Québec. Or, selon M. Lisée, « les moyens sont là ».