mardi, janvier 12, 2016

PKP songe à faire un don «important» à l'Institut sur la souveraineté

http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/politique/

Publié le 11 janvier 2016 à 21h39 | Mis à jour le 12 janvier 2016 à 07h41
Le chef du PQ, Pierre Karl Péladeau... (Photo Le Droit, Étienne Ranger)
Le chef du PQ, Pierre Karl PéladeauPHOTO LE DROIT, ÉTIENNE RANGER

<p>Jean-Marc Salvet</p>
(Québec) Pour offrir le meilleur décollage possible à l'Institut de recherche sur la souveraineté, le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, songe à lui offrir un don personnel «important». Cet organisme sans but lucratif sera constitué incessamment, promet-on.
Les modalités de fonctionnement du futur Institut devraient être officiellement présentées par le chef du Parti québécois d'ici la fin du mois; un peu avant ou un peu après la réunion que tiendront les membres de l'aile parlementaire les 20 et 21 janvier à Chicoutimi, selon des informations recueillies par Le Soleil. La date précise de lancement n'a cependant pas encore été arrêtée.
Cet institut sera «le véhicule qui va nous permettre d'alimenter la réflexion et de pouvoir produire des études pour faire en sorte que nous puissions aller à la population avec un argumentaire qui va être important, détaillé, puissant et pour, évidemment, définir notre démarche jusqu'aux élections de 2018», avait expliqué M. Péladeau en février dernier. Il a par la suite précisé que son financement serait assuré par les dons des Québécois.
Au Parti québécois, certains se sont demandé pendant un certain temps si la loi québécoise sur le financement des partis politiques s'appliquerait à ce think tank, et si les dons devraient donc être limités à 100 $ par personne par année - ce qui aurait sérieusement compliqué son financement.
Finalement, on ne voit pas comment cette loi pourrait s'appliquer à cet organisme, bien que ce soit le chef du Parti québécois lui-même qui en aura été l'inspirateur. «Les gens ont le droit de financer les causes qu'ils désirent», dit un membre de haut rang du parti, selon qui rien n'empêcherait M. Péladeau d'y aller d'une contribution personnelle importante. Techniquement, une fois lancé, l'Institut sera indépendant du Parti québécois, fait-on valoir.
Depuis une génération
Chez le Directeur général des élections du Québec, on ne commente pas le dossier.
L'Institut de recherche sur la souveraineté produira des études sur l'indépendance du Québec, «sur ses conséquences et ses avantages, tant sur le plan économique et financier que sur d'autres», détaille un interlocuteur associé à la réflexion. Il devrait aussi se pencher sur des questions comme celle de la reconnaissance internationale d'un Québec souverain.
Les études seront réalisées par des gens reconnus comme des experts dans leur domaine, assure un péquiste. Les dernières vraies études du genre datent d'une génération, insiste un autre.

À LIRE AUSSI