mardi, janvier 19, 2016

La directrice de la recherche du Parti québécois démissionne

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/politique/

Mise à jour le lundi 18 janvier 2016 à 23 h 41 HNE
Louise-Andrée Moisan, ex-directrice de la recherche du Parti québécois, en compagnie de Pierre Karl Péladeau (archives).
Louise-Andrée Moisan, ex-directrice de la recherche du Parti québécois,
 en compagnie de Pierre Karl Péladeau (archives).

Entrée en fonction l'automne dernier, Louise-Andrée Moisan quitte son poste à la direction de la recherche du Parti québécois. Elle est remplacée par Jean-François Gibeault. Ce dernier faisait partie du groupe de recherche du PQ et a œuvré comme chef de cabinet sous l'ancien ministre des Finances Nicolas Marceau.
Un texte de Davide GentileTwitterCourriel
Louise-Andrée Moisan est une péquiste de longue date. Elle a entre autres œuvré comme chef de cabinet de Bernard Drainville lorsqu'il était ministre. Elle avait été choisie par Pierre Duchesne, le chef de cabinet de Pierre Karl Péladeau.
Des sources indiquent que Mme Moisan démissionne parce qu'elle n'aimait simplement pas ce travail. D'autres sont plus inquiets et relèvent le nombre important de changements dans le personnel politique du PQ depuis quelques mois.
Plusieurs employés de longue date ont quitté le parti, tout comme le chef intérimaire et député de Chicoutimi Stéphane Bédard. L'ancien directeur de la campagne de Bernard Drainville et bras droit de Gilles Duceppe, Stéphane Gobeil, a ensuite annoncé début janvier qu'il allait désormais collaborer avec la Coalition avenir Québec. Ces faits alimentent les rumeurs de morosité au Parti québécois. Mais certains péquistes parlent plutôt de défis « normaux ».
Ralliement à Chicoutimi
Les péquistes se réuniront demain dans Chicoutimi, circonscription laissée vacante par le départ de Stéphane Bédard, dans laquelle se tiendra bientôt une élection partielle. Presque tous les députés seront présents pour cette visite éclair, manière de précampagne pour cette partielle qui doit être déclenchée d'ici la fin avril.
L'avance de 1600 voix de Stéphane Bédard lors du scrutin de 2014 fait en sorte qu'une victoire libérale est théoriquement possible. Cependant, Chicoutimi a voté PQ sans interruption depuis l'élection du père de Stéphane, Marc-André Bédard, en 1973. Preuve pour certains que Stéphane Bédard n'est pas en froid avec le PQ : il devrait être d'un ralliement péquiste demain dans la circonscription.
Les députés péquistes tiendront ensuite leur caucus au Saguenay mercredi et jeudi. Une occasion pour faire le point et préparer le plan de match de la prochaine session. Des sources indiquent que l'avenir des Centres de la petite enfance devrait être au cœur des discussions. La santé, l'éducation et l'économie devraient à nouveau être les thèmes de la prochaine session pour les troupes de Pierre Karl Péladeau.