lundi, janvier 04, 2016

La CSQ promet de poursuivre la lutte à l'austérité

http://www.lapresse.ca/actualites/politique/

Publié le 03 janvier 2016 à 12h58 | Mis à jour le 03 janvier 2016 à 17h41
Selon la présidente de la CSQ, Louise Chabot,... (PHOTO JEAN-MARIE VILLENEUVE, ARCHIVES LE SOLEIL)
PHOTO JEAN-MARIE VILLENEUVE, ARCHIVES LE SOLEIL
Selon la présidente de la CSQ, Louise Chabot, le gouvernement Couillard continue d'« étrangler financièrement » les services publics au profit du secteur privé.

MAGDALINE BOUTROS
La Presse Canadienne
La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) a promis dimanche de poursuivre la lutte à l'austérité, malgré la conclusion d'une entente de principe avec le gouvernement Couillard sur les conditions de travail des employés de l'État.
« On sait que le gouvernement continue, persiste et signe dans sa volonté de réduire de façon ''exemplaire'' dans les services de garde, en santé, en éducation et ça, c'est un non-choix pour l'ensemble de la société québécoise », tonne la présidente de la CSQ, Louise Chabot, en entrevue à La Presse Canadienne.
Elle demande aux travailleurs de retrousser leurs manches afin de faire reculer le gouvernement avant le prochain budget.
« Si nous ne l'arrêtons pas, il va causer des dommages considérables à notre société », s'inquiète-t-elle.
Les politiques d'austérité mises de l'avant par le gouvernement de Philippe Couillard n'ont « rien à voir avec l'état des finances publiques, mais plutôt avec un préjugé favorable au secteur privé », dénonce-t-elle dans un communiqué.
Mme Chabot s'indigne de la tangente qu'a prise Québec en « étranglant financièrement » les services publics pour lancer « une véritable révolution du rôle de l'État au profit du secteur privé ».
La centrale syndicale dit vouloir profiter des assemblées générales qui seront organisées au cours des prochaines semaines pour relancer la mobilisation.
« Ça va prendre beaucoup de sensibilisation et d'information, c'est certain », convient Mme Chabot qui estime tout de même que les membres de la CSQ seront au rendez-vous pour poursuivre leur lutte pour la défense des services publics.
À l'occasion de ces assemblées, les membres de la CSQ seront invités à voter sur l'entente de principe, fixant les conditions de travail des employés de l'État, conclue par le front commun le 17 décembre.
Malgré plusieurs voix discordantes, Mme Chabot a confiance de voir les membres de la CSQ entériner l'entente.
« C'est certain qu'il y aura des espoirs déçus avec cette entente, glisse-t-elle. [...] Mais je pense que c'est une bonne entente. »