vendredi, janvier 15, 2016

«C'est le Maurice Richard du show-business» - Julie Snyder

http://www.985fm.ca/arts-et-spectacles/nouvelles/

Publié par Danielle Arsenault pour CogecoNouvelles le jeudi 14 janvier 2016 à 19h10. Modifié à 19h25.
«C'est le Maurice Richard du show-business» - Julie Snyder
(Cogeco Nouvelles) - Amie proche du couple Dion-Angelil depuis près de 30 ans, Julie Snyder a tenu, malgré sa grande peine, à témoigner de sa profonde affection envers René Angelil à la suite de son décès, jeudi.
On en parle en ondes :
Écouter
Mis en ligne le jeudi 14 janvier 2016 dans Montréal maintenant avec Paul Houde
Écouter
Mis en ligne le jeudi 14 janvier 2016 dans Montréal maintenant avec Paul Houde
C’est une Julie Snyder émue et ébranlée qui a accepté de parler au micro de Paul Houde, jeudi.
Malgré qu’elle soit une amie proche du couple – Céline Dion et René Angelil sont les parrains de sa fille Romy – Julie Snyder a été stupéfaite par l’annonce du décès de l’imprésario québécois.
«C’était tellement une surprise. D’ailleurs, je veux débuter en offrant mes sympathies à Céline et aux six enfants de René, a-t-elle dit en entrevue avec Paul Houde et Thérèse Parisen dans le cadre de l’émission Montréal Maintenant, jeudi. L’adjointe et le bras droit de Céline et de René, Sylvie Beauregard, m’a appelée aujourd’hui et je savais que Céline voulait faire une surprise à Romy. Alors je pensais qu’elle m’appelait pour ça. J’étais dans une réunion où je ne pouvais pas parler au téléphone alors j’ai juste dit : ‘’Sylvie je te rappelle dès que je sors de ma réunion’’. Pour vous dire que c’était une surprise quand elle m’a appelée, je croyais que c’était pour ça. Évidemment, on savait que René était malade, je leur avais envoyé des cadeaux de Noël. On a reçu des cadeaux, donc dans ma tête, il avait repris du mieux. Je ne m’attendais pas du tout (à ça). Je suis vraiment en (état de) choc. C’est la première entrevue que je suis capable de faire. Je m’excuse si je suis un peu décousue, mais je suis vraiment en choc.»
Une grande reconnaissance
Julie Snyder se dit extrêmement reconnaissante envers René Angelil qui lui a donné la chance de produire sa première émission.
«Ça fait 30 ans que je le connais, 20 ans qu’on travaille étroitement ensemble. La première émission que j’ai eu la chance de produire comme productrice, c’était Céline, «Let’s Talk About Love». Et c’est René qui m’a donné la chance, en 1997, de devenir productrice en m’offrant de produire cette émission. C’était la première émission que produisait Productions J. C’était vraiment une grande marque de confiance.»
Il a marqué le show-business
Selon Julie Snyder, René Angelil a été le meilleur gérant au monde en permettant à Céline Dion de devenir une artiste planétaire.
«René Angelil, c’est le Maurice Richard du show-business. C’est le meilleur impresario au monde. Céline Dion est la femme qui a vendu le plus de disques de l’histoire de la musique. Et derrière Céline, René Angelil, c’était l’architecte de tout ça. Il a fait rayonner Céline Dion et tout le Québec à travers le monde. La personnalité québécoise la plus connue de la planète, ce n’est pas un homme, c’est une femme, c’est Céline Dion. Et derrière cette grande femme, il y avait cet immense grand homme.
Mais il n’y a pas que Céline Dion qui a profité de l’expertise de René Angelil. Selon la productrice québécoise, tout le milieu artistique du Québec a profité du chemin qu’il a tracé.
«Dans Angelil, il y a angélique. Angelil, c’est un ange gardien. Il a marqué le show-business comme personne au Québec. C’est le plus grand bâtisseur, le plus grand visionnaire. Tout le monde riait de lui quand il disait que Céline allait réussir internationalement. Il a montré qu’il ne fallait pas avoir peur de réussir. Et Céline et lui ont tellement aidé d’autres artistes. Si j’ai produit un documentaire sur Céline pour Oprah Winfrey, c’est grâce à René Angelil et Céline. Ils auraient pu travailler avec des maisons de production new-yorkaises et de Los Angeles. Tous les DVD de Céline à travers le monde sont faits au Québec par des créateurs québécois. Ils ont fait appel à nous, ils auraient pu penser à n’importe qui d’autre. C’est un ange gardien et un modèle pour les Québécois.»