samedi, janvier 16, 2016

Attaques à Ouagadougou: au moins 23 morts, assaut terminé

http://www.lapresse.ca/international/afrique/

Publié le 16 janvier 2016 à 07h15 | Mis à jour à 07h15
Un homme blessé reçoit des soins dans une... (PHOTO AHMED OUOBA, AFP)
PHOTO AHMED OUOBA, AFP
Un homme blessé reçoit des soins dans une ambulance.
ROMARIC OLLO HIEN
Agence France-Presse
OUAGADOUGOU
Au moins 23 personnes de 18 nationalités ont été tuées dans une attaque djihadiste contre un hôtel et un restaurant de Ouagadougou, les forces de sécurité burkinabè ayant achevé samedi leurs opérations contre les assaillants 12 heures après le début de l'attaque.
Les opérations des forces de sécurité burkinabè contre les auteurs des attaques se sont terminées en fin de matinée, a affirmé à l'AFP une source des services de sécurité sous couvert d'anonymat, précisant que les opérations de ratissage aux alentours de l'hôtel Splendid, du restaurant Cappuccino et des établissements voisins se poursuivaient.
L'attaque a été revendiquée dans la nuit par le groupe djihadiste Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI), qui l'a attribuée au groupe Al-Mourabitoune du chef djihadiste Mokhtar Belmokhtar, selon SITE, une organisation américaine qui surveille les sites internet islamistes.
Un des assaillants, parlant en arabe dans la revendication d'AQMI, a affirmé que « trente » personnes avaient été tuées.
En l'absence de bilan officiel, une source sécuritaire burkinabè a affirmé à l'AFP sous couvert d'anonymat que 23 personnes avaient été tuées, ainsi que quatre djihadistes, dont deux femmes, alors qu'une source française fait état de 27 morts.
Peu avant, le ministre de l'Intérieur Simon Compaoré avait indiqué à l'AFP que trois djihadistes, « un Arabe et deux Négro-Africains », avaient été tués.
Un total de 126 personnes, dont 33 blessées, avaient également été libérées, avait ajouté le ministre sans donner de bilan précis des victimes.
L'attaque a commencé par l'irruption vendredi à 19 h 45 d'un nombre indéterminé d'assaillants dans l'hôtel Splendid, un établissement de luxe de 147 chambres situé au coeur de Ouagadougou et fréquenté par des Occidentaux et des employés des agences des Nations unies.
Un journaliste de l'AFP a pu distinguer au début de l'attaque trois hommes armés et enturbannés, un témoin indiquant de son côté avoir vu quatre assaillants « enturbannés et de type arabe ou blanc ».
Un premier assaut a été donné par les forces burkinabè, soutenues par des militaires français, vers 2 h. Les environs de l'hôtel se sont transformés en champ de bataille, avec de nombreux véhicules en flammes et la façade de l'hôtel en feu.
À l'aube, l'assaut s'est poursuivi en face de l'hôtel dans le café-restaurant Cappuccino, également lieu de rendez-vous de la communauté expatriée.
« Sur la terrasse du Cappuccino, les sapeurs-pompiers ont vu une dizaine de cadavres », a déclaré à l'AFP dans la nuit le ministre de l'Intérieur Simon Compaoré.
Pendant ces échanges de tirs, des clients parvenaient à quitter l'hôtel Splendid par des portes latérales.
« C'est horrible, les gens étaient couchés et il y avait du sang partout. Ils tiraient sur les gens à bout portant », a expliqué à l'AFP Yannick Sawadogo, un des rescapés de l'hôtel.
« On les entendait parler et ils marchaient autour des gens et tiraient encore sur des personnes qui n'étaient pas mortes. Et quand ils sont sortis, ils ont mis le feu, on a profité de leur départ pour sortir par les fenêtres brisées », a-t-il ajouté.
Vers 4 h 30, alors que l'assaut était en cours, un ministre burkinabè a annoncé que 30 personnes avaient pu sortir « saines et sauves » de l'hôtel et que 33 blessés avaient été évacués. Parmi les rescapés figurait notamment le ministre du Travail Clément Sawadogo, présent à l'hôtel au moment de l'attaque.
« Les différentes composantes des forces armées et de sécurité se sont réparti les missions », a indiqué de son côté l'ambassadeur de France, Gilles Thibault, des militaires français prenant part aux opérations.
Le président français François Hollande a dénoncé une « odieuse et lâche attaque » et assuré que « les forces françaises apportent leur soutien aux forces burkinabè ».
Des forces spéciales françaises sont stationnées dans la banlieue de Ouagadougou dans le cadre de la lutte antdjihadiste dans le Sahel. Washington dispose également de 75 militaires dans le pays, et a indiqué apporter un soutien aux forces françaises dans l'opération.
Cette attaque inédite dans la capitale burkinabè constitue un défi pour le pouvoir du président Roch Marc Christian Kaboré, récemment élu après une transition souvent chaotique à la tête de ce pays à la population majoritairement musulmane (60 %).
Le Burkina, « point d'appui permanent » de l'opération militaire française Barkhane, a déjà été la cible d'opérations djihadistes. En avril 2015, le chef de sécurité roumain de la mine de manganèse de Tambao (nord) a été enlevé, une action revendiquée par Al-Mourabitoune. On est sans nouvelles de lui.
L'opération de vendredi survient un peu moins de deux mois après celle de l'hôtel Radisson Blu à Bamako. Le 20 novembre, une attaque djihadiste avait fait 20 morts dont 14 étrangers dans la capitale malienne.
Des hommes armés avaient retenu en otages pendant plusieurs heures environ 150 clients et employés, avant une intervention des forces maliennes, appuyées par des forces spéciales françaises et américaines et des agents de l'ONU. Deux assaillants avaient été tués.
L'opération de Bamako a été revendiquée par deux groupes djihadistes: le 20 novembre par Al-Mourabitoune et le 22 novembre par le Front de libération du Macina (FLM, mouvement djihadiste malien).