vendredi, décembre 18, 2015

Trudeau ne voit aucune raison de rouvrir la Constitution

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/politique/

Mise à jour le jeudi 17 décembre 2015 à 15 h 15 HNE  La Presse Canadienne
Justin Trudeau, lors de son entrevue à La Presse canadienne.
Justin Trudeau, lors de son entrevue à La Presse canadienne.  Photo :  PC/PATRICK DOYLE

Justin Trudeau ne voit aucune raison qui justifierait de rouvrir la Constitution canadienne - pas même pour y inclure le Québec. En entrevue à La Presse Canadienne, le premier ministre a fait savoir qu'il était hors de question qu'il ouvre cette boîte de Pandore.
M. Trudeau a demandé carrément « pourquoi » il faudrait rouvrir la Constitution, rapatriée en 1982 par son père, et qui n'a jamais été signée par le Québec. « Quel est le problème concret qu'on ne peut pas résoudre sans rouvrir la Constitution? », s'est-il questionné.
Lorsqu'on lui a fait valoir que plusieurs considèrent comme un problème majeur le fait que le Québec n'ait pas signé cet important document, il a répliqué rapidement : « [Un problème] qui s'articule de quelle façon? »
Lors du long entretien de fin d'année qu'il a accordé à l'agence de presse, le chef libéral s'est particulièrement animé lors de la portion de l'entrevue portant sur les débats constitutionnels.
« Ouvrir et changer la structure de notre gouvernance sans avoir de problème insoluble à régler serait comme nous l'avons vu dans le passé : des efforts laborieux qui consumeraient beaucoup du dialogue fédéral-provincial à un moment où, bien honnêtement, je préférerais parler de changements climatiques, de création d'emplois, de formation, de santé », a-t-il insisté.
Québec pas d'accord
Tous ne pensent pas comme lui, à commencer par le premier ministre du Québec, Philippe Couillard.
Lors du congrès de son parti en juin dernier, M. Couillard avait paru convaincu qu'il faudrait s'engager sur la voie des négociations constitutionnelles un jour ou l'autre. « Je trouve toujours ça curieux de voir que les gens sont terrorisés par une conversation constitutionnelle », avait-il lancé aux militants.
« Je ne connais pas de pays qui n'accepte pas de temps en temps de revoir ses fondements », avait-il ajouté.
En 1982, Pierre Elliott Trudeau avait procédé au rapatriement de la Constitution du Canada du Royaume-Uni, y incluant la Charte canadienne des droits et libertés et une procédure d'amendement.
Toutes les provinces avaient signé le document, à l'exception du Québec de René Lévesque, placé devant le fait accompli. Aucun gouvernement québécois n'a accepté par la suite d'apposer la signature de la province. Deux rondes de négociations constitutionnelles - Meech et Charlottetown - se sont soldées par des échecs.
« Je reconnais qu'il y a eu un sentiment d'exclusion. Ça a donné la montée du Bloc. Ça a donné énormément de sentiments de désengagement envers le gouvernement fédéral », a concédé M. Trudeau en entrevue.
Mais ce n'est pas à lui de réparer les pots cassés.
Les Canadiens ne veulent pas de débats constitutionnels
« On reconnaît qu'il y a des gens [...] qui auraient bien aimé que le passé se déroule autrement et qui voient peut-être des erreurs. Mais moi, je ne suis pas là pour défendre les actions d'autres premiers ministres, incluant mon père », a soutenu M. Trudeau.
Pour Justin Trudeau, au-delà des « symboles », le Québec reste couvert par cette Constitution. Et le fait que les Québécois ont voté massivement aux dernières élections pour le Parti libéral du Canada (PLC), une formation « farouchement fédéraliste », prouve qu'ils n'ont pas vraiment d'appétit pour les projets constitutionnels.
« Je suis ici pour répondre aux priorités des Canadiens. Est-ce qu'ils veulent réellement [...] qu'on ait une méga-ronde de débats constitutionnels? Non. Ce n'est pas ça qu'ils veulent », a-t-il dit.
Le fait que M. Trudeau soit si catégorique sur son refus de toucher à la Constitution laisse par ailleurs peu d'espoir à ceux qui souhaiteraient l'abolition du Sénat. La Cour suprême du Canada a jugé qu'une telle abolition nécessiterait l'appui unanime des provinces et, par ricochet, des négociations constitutionnelles.
Le premier ministre entend réformer la Chambre haute sans avoir à modifier la Constitution, notamment avec la mise sur pied d'un comité non partisan qui le conseillerait pour ses nominations de sénateurs.
Vers un nouveau système électoral

Dans la même entrevue à La Presse Canadienne, Justin Trudeau a réitéré que son gouvernement va remplacer le système électoral uninominal majoritaire par un autre. Il se défend cependant de préconiser un système favorisant son parti.

« Suis-je dans ce poste pour défendre un parti politique en particulier et m'assurer [...] que les libéraux gouvernent ce pays pour toujours? Non. Je fais ce travail pour essayer de faire une différence significative et positive dans la vie des gens », a-t-il déclaré, en faisant valoir qu'il serait plus facile pour lui de ne rien faire.

Bien qu'il ait déjà admis être favorable à un système préférentiel, en vertu duquel les électeurs choisiraient un premier, deuxième et troisième choix, Justin Trudeau assure qu'il va « faire attention de ne pas mettre de l'avant ses préférences à ce sujet », maintenant qu'elles ont plus de poids.

Les Canadiens seront en outre « largement consultés » par un comité spécial multipartite qui doit recommander des solutions de rechange au système de scrutin d'ici 18 mois.