samedi, décembre 12, 2015

Renaud Lachance à un cocktail du MTQ au lendemain de sa nomination

http://www.lapresse.ca/actualites/dossiers/commission-charbonneau/

EXCLUSIF
Publié le 12 décembre 2015 à 04h30 | Mis à jour à 07h31
Renaud Lachance était présent au départ à la retraite... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)
PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Renaud Lachance était présent au départ à la retraite du sous-ministre en titre au ministère des Transports (MTQ), Michel Boivin.

Le lendemain de sa nomination à la commission Charbonneau, Renaud Lachance a participé à un cocktail soulignant le départ à la retraite du grand patron du ministère des Transports, dont les problèmes internes avaient contribué à la mise sur pied de la Commission, qui allait d'ailleurs les scruter dans les mois suivants, a appris La Presse.
Le 9 novembre 2011, M. Lachance devient commissaire aux côtés de Roderick Macdonald et France Charbonneau, qui présidera la Commission d'enquête sur l'octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction. Sa nomination par le gouvernement faisait suite à une recommandation de Mme Charbonneau.
Le lendemain, 10 novembre, M. Lachance s'est rendu au Château Laurier, à Québec, où se déroulait un 5 à 7 dans une grande salle au rez-de-chaussée de l'hôtel. L'événement soulignait le départ à la retraite du sous-ministre en titre au ministère des Transports (MTQ), Michel Boivin.
Manque de jugement
Une des personnes ayant participé à l'événement et qui a requis l'anonymat se souvient de la présence de M. Lachance. « Je l'ai salué, mais j'étais très surpris de sa présence à la fête. Je me suis dit : "Il me semble qu'il manque à son devoir de réserve" », a raconté cette source.
L'éthicien André Lacroix, professeur à l'Université de Sherbrooke, voit un faux pas dans la décision de M. Lachance de se rendre à ce cocktail, d'autant plus que deux ans plus tôt, en novembre 2009, M. Lachance, alors vérificateur général du Québec, avait publié un rapport dévastateur sur le MTQ ; M. Boivin était alors en fonction.
« Il a manqué un peu de jugement. À partir du moment où tu es nommé sur une commission d'enquête, il faut baliser au maximum tes conflits d'intérêts », estime M. Lacroix.
« En apparence, il y a une problématique, surtout lorsque tu signes une dissidence dans un rapport retentissant. [...] Il me semble que l'on peut questionner le jugement de la personne », ajoute le professeur d'éthique.
Son collègue de l'École nationale d'administration publique (ENAP), le professeur d'éthique Yves Boisvert, abonde dans le même sens. « M. Lachance ne peut pas dire qu'il ne sait pas à ce moment-là que le MTQ va être scruté par la commission Charbonneau. Si tu as passé officiellement au collimateur un ministère, comme vérificateur général, tu ne t'arranges pas pour fréquenter et souligner le départ de celui à la tête de l'organisation que tu es supposé avoir passée au collimateur. Ou ça démontre que tu n'es pas allé aussi loin que tu aurais pu aller », affirme-t-il.
Une blague
Joint vendredi, Renaud Lachance s'est défendu de s'être placé dans une situation apparente de conflit d'intérêts. Il a précisé que l'invitation ne venait pas du MTQ - dans ce cas, il aurait refusé d'emblée, a-t-il souligné -, mais de collègues de M. Boivin.
« J'ai été là une demi-heure pour lui dire, un peu à la blague, que j'étais content qu'il quitte la fonction publique. Je voulais m'assurer que c'était bien vrai. », a dit Renaud Lachance.
Puis, il a précisé que Michel Boivin « était un fonctionnaire avec qui il avait été très difficile de régler des dossiers ». « C'était un perfectionniste, un homme d'immenses détails, un intellectuel. Dans le dossier de l'îlot Voyageur [M. Boivin était sous-ministre à l'Éducation lorsque le scandale a éclaté] et après aux Transports, il a épuisé mes équipes. J'ai dû prendre le relais et passer des fins de semaine à discuter sur des virgules », a ajouté M. Lachance.
Ces explications ne convainquent pas le professeur Boisvert. « Ben voyons donc ! Il est en train de se raconter des histoires », s'est-il exclamé. « Dans n'importe quel milieu professionnel, les gens qui vont dans un cocktail, c'est pour souligner la grandeur de la contribution de la personne, par amitié ou par respect », souligne-t-il.
M. Lachance a affirmé n'avoir aucun lien d'amitié avec Michel Boivin.
Au lendemain de la publication du rapport de la commission Charbonneau, le 24 novembre dernier, rapport dans lequel M. Lachance a inscrit sa dissidence concernant le lien entre le financement des partis politiques par des entreprises et l'obtention de contrats ou de subventions, l'ancien commissaire a participé à un événement public. M. Lachance était l'invité d'honneur de l'Association of Certified Fraud Examiners (ACFE), organisation mondiale de formation antifraude qui ouvrait une section montréalaise.
Tensions entre commissaires
Pour les éthiciens André Lacroix et Yves Boisvert, cette participation de M. Lachance à un cocktail ne peut être analysée sans prendre en compte les révélations de Radio-Canada à son égard. L'émission Enquête a levé le voile jeudi sur les tensions entre M. Lachance et France Charbonneau dans les mois qui ont précédé le dépôt du rapport.
Des courriels et des annotations manuscrites sur une version préliminaire du rapport de la Commission obtenus par Enquête tendent à démontrer que M. Lachance aurait peut-être voulu atténuer les critiques à l'égard des partis politiques, en particulier du Parti libéral du Québec.
Le passage concernant l'homme d'affaires Marc Bibeau, que M. Lachance refuse de désigner comme responsable du financement du PLQ parce qu'il n'apparaît pas dans l'organigramme, alors qu'au moins six témoins le font, a fait sursauter le professeur Boisvert. « Si M. Bibeau n'a pas de statut officiel et que tout le monde au parti reconnaît que c'est lui, le responsable du financement, c'est encore plus inquiétant. On est dans un système occulte de financement. Je ne peux pas comprendre que M. Lachance ose écrire ça à Mme Charbonneau », affirme-t-il.
La Presse a invité M. Lachance à expliquer les motivations de sa dissidence et à commenter le reportage de Radio-Canada. « Je vais y répondre plus tard. J'y pense. Je n'aime pas être sur la place publique, mais je m'y retrouve malgré moi », s'est-il borné à dire.
Vendredi, la Coalition avenir Québec a proposé d'inviter les commissaires Lachance et Charbonneau à s'expliquer devant l'Assemblée nationale. La veille, le Parti québécois et Québec solidaire voulaient les y contraindre.
Le premier ministre Philippe Couillard a indiqué ne pas avoir l'intention d'intervenir dans les désaccords en coulisses de la commission Charbonneau.