mardi, décembre 15, 2015

Procès Duffy : l'implication du bureau de Harper abordée pour la première fois

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/

Mise à jour le lundi 14 décembre 2015 à 20 h 02 HNE
Le sénateur Mike Duffy
Le sénateur Mike Duffy  Photo :  PC/Greg Banning
Mike Duffy nie avoir été mis au courant d'un scénario dans lequel il aurait remboursé ses dépenses injustifiées. C'est ce qu'il a affirmé lundi, au cinquième jour de son témoignage dans le cadre de son procès pour fraude, corruption et abus de confiance.
Un texte de Raphaël Bouvier-AuclairTwitterCourriel
Le sénateur a expliqué qu'en décembre 2012, il avait reçu par courriel l'appui de proches de l'ancien premier ministre Stephen Harper et de têtes dirigeantes conservatrices au Sénat. Ces personnes lui auraient affirmé que ses réclamations de frais de résidence, alors qu'il habitait la maison qu'il possède depuis des années à Ottawa, étaient justifiées.
Le tout est survenu après la publication d'un article sur le sujet. On aurait aussi suggéré à Mike Duffy de ne plus répondre aux questions des journalistes. « Vous ne pouvez pas jouer au tennis avec quelqu'un qui ne relance pas la balle », se serait-il fait dire.
Mais l'histoire a continué de faire la manchette. Quelques mois plus tard, en février 2013, un scénario dans lequel Mike Duffy s'excuserait et remettrait les sommes réclamées a été mis sur pied par des membres du bureau de l'ex-premier ministre Harper. Le sénateur dit ne jamais avoir été mis au courant de ce scénario développé dans un échange de courriels présenté en Cour. « Je n'ai jamais cru que j'avais fait une erreur », a déclaré M. Duffy pour justifier son opposition à un tel scénario.
C'est finalement l'ex-chef de cabinet de Stephen Harper Nigel Wright qui a remis un chèque de 90 000 $ à Mike Duffy pour rembourser ses dépenses. Ce chèque qui devrait être au coeur du témoignage du sénateur mardi.
Mike Duffy a plaidé non coupable à 31 chefs d'accusation de fraude, de corruption et d'abus de confiance.
Le scandale des dépenses au Sénat
Chèques et photos sous la loupe
Plus tôt dans la journée, Mike Duffy a justifié des dépenses effectuées avec les fonds de son bureau de sénateur.
Sur les 31 chefs d'accusation déposés contre le sénateur Duffy, huit sont en lien avec des dépenses effectuées avec les fonds du Sénat, par l'entremise de l'entreprise de son ami Gerald Donohue.
Les montants des factures sont variés, allant de quelques dollars à plusieurs milliers de dollars. Les services pour lesquels cet argent a été déboursé le sont tout autant. Mike Duffy a entre autres payé pour la rédaction de discours, pour des conseils politiques, mais aussi pour des photographies.
L'avocat de Mike Duffy, Me Donald Bayne, a par exemple présenté une longue liste de photographies commandées par Mike Duffy à l'entreprise Jiffy Photo située dans la région d'Ottawa.
Le sénateur s'est plaint des services de photographies offerts par le Sénat pour justifier son désir de faire affaire avec une entreprise du secteur privé. Les services de la Chambre haute, par exemple, ne peuvent pas recevoir de commandes par courriel et ne laissent pas un espace suffisant pour ajouter des signatures, selon Mike Duffy.
Un chèque à un cousin
Parmi ses dépenses, Mike Duffy a aussi remis un chèque de 500 $ à l'un de ses cousins, David McCabe, pour l'envoi de revues de presse numérisées. M. Duffy a affirmé que son cousin lui faisait souvent parvenir des copies électroniques d'articles publiés à l'Île-du-Prince-Édouard, entre autres certains articles concernant le sénateur.
Au printemps dernier, David McCabe avait été appelé à témoigner dans le cadre du procès de Mike Duffy. « Lui aviez-vous demandé de vous payer? », lui avait alors demandé le procureur de la Couronne, Mark Holmes. « Non », avait répondu David McCabe, qui affirmait alors consacrer moins d'une demi-heure par semaine à cette tâche.
En cour, Mike Duffy a affirmé que, bien qu'avec les développements technologiques il n'avait plus besoin de ce genre de revue de presse, son cousin lui en faisait parvenir « à un moment d'une importance critique ».
Sur quatre ans, le sénateur Duffy a remis près de 65 000 $ en contrats à l'entreprise familiale de son ami Gerald Donohue. Lors de son témoignage le mois dernier, M. Donohue, qui faisait également office de conseiller de Mike Duffy, a confirmé avoir signé plusieurs chèques pour différents services, dont des photographies. Gerald Donohue a affirmé n'avoir jamais bénéficié de ces services.
La police se demande en fait si ces contrats n'auraient pas permis à Mike Duffy de payer des dépenses qui auraient été jugées injustifiées ou inadmissibles par l'administration du Sénat.