dimanche, décembre 13, 2015

Le Canada: pays bilingue de langue anglaise

http://www.journaldemontreal.com/

MATHIEU BOCK-CÔTÉ
MISE à JOUR 
5) Dévoilement du cabinet paritaire de Justin Trudeau  Il y a quelques semaines, on s’émerveillait du nombre de langues parlées au conseil des ministres de Justin Trudeau. Il y en aurait plus d’une dizaine. Nos médias au regard enamouré pour Justin Trudeau y ont vu une autre preuve de sa grande ouverture.
Une question était néanmoins passée sous silence. Combien d’entre eux sont bilingues? Ou plus exactement, combien d’entre eux étaient capables de s’exprimer en français et de parler dans sa langue au peuple québécois?
On l’a finalement su hier dans le Journal: ils sont 9 sur 30 dans le cabinet Trudeau à parler français. Parmi ceux-là, 4 sont Québécois. Cela veut dire, bien concrètement, que l’immense majorité des ministres libéraux anglophones ne parle pas français.
Et on ne fera rien pour qu’ils l’apprennent. Ce n’est plus nécessaire. Notre langue ne sera pas obligatoire. Le fils Trudeau enterre le rêve du père qui voulait assurer l’égalité entre le français et l’anglais au Canada. Il faut dire que c’était un rêve impossible.
Voilà un cabinet qui rassemble des hommes et des femmes ambitieux. L’immense majorité d’entre eux n’a jamais cru que la maîtrise du français serait vraiment nécessaire à l’avancement de leur carrière. On voudrait bien le leur reprocher, mais comment faire le procès de leur lucidité?
Inversement, au Québec, on exigera une bonne maîtrise de l’anglais pour n’importe quel poste. Philippe Couillard expliquait, en 2014, que cela permettrait aux travailleurs québécois de parler en anglais avec les grands patrons mondialisés qui viendraient les surveiller et les questionner sur leur chaîne de montage.
On l’a vu aussi récemment au Parti conservateur. Il devait se choisir un chef intérimaire. Encore une fois, le français n’était pas un critère d’embauche indispensable. Rona Ambrose a pu obtenir le poste.
La chef de l’opposition officielle, à Ottawa, ne parle pas français. Elle a à ses côtés Denis Lebel, un brave homme qui joue le rôle du Québécois de service et qui de temps en temps, pose une question en français pour donner l’impression que nous existons.
En un mot, le Canada d’apparat, bon pour les cartes postales, qui claironne partout son bilinguisme admirable, se décompose sous nos yeux. La réalité reprend ses droits. Les francophones y sont des citoyens de seconde zone.
Pire encore: c’est un pays qui travaille à l’assimilation des francophones, comme on le voit avec ces fonctionnaires fédéraux francophones qui trop souvent, doivent ranger leur langue au vestiaire en arrivant au boulot.
Au Québec, le bilinguisme canadien joue même contre le français. Alors que la loi 101 cherche péniblement à faire du français la seule langue officielle, la loi fédérale sur les langues officielles sape ses efforts.
Elle envoie le message suivant aux immigrants: au Québec, ils ont le choix entre le français et l’anglais. Le français n’est qu’une langue sur deux. Et à Montréal, la réalité démographique est telle que le français est entraîné dans la spirale régressive de la marginalisation.
La composition linguistique du cabinet fédéral nous envoie un message clair: Il y a deux langues au Canada: l’anglais et le traduit de l’anglais. Tout cela est à l’image de Justin Trudeau qui parle laborieusement le français. Le Canada est un pays bilingue de langue anglaise.