vendredi, décembre 18, 2015

375 ans d’imbécillité

http://www.journaldequebec.com/

GILLES PROULX
MISE à JOUR 
Chers colonisés. Oh! Je sais que vous ne savez même pas ce que signifie le mot colonisé. Ce n’est pas grave. Le 375e de Montréal en 2017 ne vous apprendra rien. Ce sera l’occasion de donner des contrats aux amis pour organiser des spectacles à n’en plus finir. L’insignifiance du 400e de Québec gagne la métropole.
À lire: l’ouvrage du professeur Jean-Maurice Arbour intitulé Cessons d’être des colonisés. Il raconte comment les colonisés de 2008 ont détourné le 400e de Québec à leurs fins de propagande tout en oubliant Samuel de Champlain, notre illustre héros que les Américains célèbrent davantage que nous!
Jamais Cincinnati, Londres, New York, Mexico ou Toronto, par exemple, ne fêteraient leur anniversaire sans se référer à leur fondation ou à leurs fondateurs!
Pour vouloir à ce point occulter ses origines, il faut être... un petit colonisé.
Kodak Coderre
Dans la métropole, avec le satrape vendeur de «chars usagés» Denis Kodak Coderre et son suzerain Gilbert «Ce n’est pas comique» Rozon, on s’apprête à nous servir en 2017 la même sauce à poutine qu’à Québec en 2008.
On va oublier le sieur de Maisonneuve et Jeanne Mance. Je me souviens... de quoi? De rien!
Vive les néons! Vive les vedettes! Vive la musique américaine! Et prospérité aux petits amis qui vont ramasser les contrats à nos frais tout en oubliant nos origines pour ne pas déplaire à cette génération d’imbéciles diplômés!
La présentation de l’organisation du 375e, dévoilée cette semaine, ne dit pas un traître mot de la fondation ou des fondateurs.
Ça ne fait que redire en se répétant que Montréal est «vivante», «vive» et «en vie». Que tout, à Montréal, est «vif» et «vivant». Insignifiances! On ne fêtera pas 375 ans d’histoire, mais 375 ans d’imbécillité.
Le syndrome de Garneau
Enfin, je veux parler de Louis Garneau, cet inventeur de casques pour têtes fêlées. Au cours du documentaire Crise d’identité, réalisé par Bernard Derome et présenté à Télé-Québec la semaine dernière, M. Garneau crachait sur le Québec «petit» et «fermé».
Lui est au-dessus de ses compatriotes maintenant qu’il vend plus d’équipement de vélo au Japon que dans son Québec attardé. Il oublie qu’un artiste comme André Gagnon, qui vend davantage de disques au Japon qu’au Québec, n’a jamais ressenti ce besoin de renier son peuple. André Gagnon n’est pas atteint du «syndrome de Garneau».
En bon colonisé, notre richissime pauvre type Louis Garneau s’est déjà permis de se coller sur la reine Elizabeth II comme si elle était un joueur de hockey pendant une photo, en 2009, ce qui faisait très «habitant» comme sans-gêne contraire au protocole.
Malheureusement, j’ai bien peur que le 375e de Montréal ne fasse plaisir à Louis Garneau. La métropole que l’on vantera en répétant «vive», «vivante» et «en vie» sera une attaque contre le Montréal de nos amours, celui qui a des héros et une histoire, pas toujours belle, mais vraie.
Mon Dieu! Si j’avais été dans le comité organisateur, j’aurais proposé des activités historico-pédagogiques afin de rappeler la naissance de la ville avec les Amérindiens et les Français, tout en rappelant la présence américano-britannique.