mercredi, novembre 18, 2015

Partenariat transpacifique : Ottawa pourrait revoir la compensation aux agriculteurs

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/

La ministre Chrystia Freeland
La ministre Chrystia Freeland  Photo :  PC/Sean Kilpatrick

MANILLE - La ministre du Commerce international, Chrystia Freeland, ne se sent pas liée par le plan de compensation associé au Partenariat transpacifique (PTP) que le gouvernement Harper avait promis aux agriculteurs.
Un texte de Madeleine Blais-MorinTwitterCourriel
Présente à Manille, aux Philippines, pour le sommet la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique (APEC), elle indique que le gouvernement Trudeau examine à la fois le texte de l'entente et le plan de compensation.
À Manille, les dirigeants des pays signataires du Partenariat transpacifique se réunissent pour la première fois depuis la signature de l'accord.
L'occasion pour le président américain Barack Obama de les presser de ratifier l'entente de libre-échange. « Aujourd'hui, nous allons discuter de la voie à suivre pour nous assurer que le PTP soit promulgué dans chacun de nos pays le plus rapidement possible », a-t-il dit au sommet de l'APEC.
Le Partenariat est sur toutes les lèvres à Manille. L'enjeu n'est pas banal. Les pays signataires représentent 40 % de l'économie mondiale.
Au sommet, le gouvernement Trudeau, lui, dit aussi fort qu'il peut qu'il est en pour le commerce et les échanges sans toutefois appuyer formellement l'entente. Le ministre des Affaires étrangères Stéphane Dion affirme que cette position est bien reçue.
« Ils comprennent que nous n'avons pas participé comme gouvernement aux négociations qui ont mené au PTP, mais ils savent que nous avons aussi l'engagement de consulter les Canadiens. »— Stéphane Dion, ministre des Affaires étrangères

Peu importe l'issue, la ministre Freeland ne se dit pas liée par le plan de compensation de 4,3 milliards de dollars promis par l'ancien gouvernement Harper aux producteurs de lait, d'œufs et de volaille. « Nous examinons en ce moment quel serait le plan de compensation », dit-elle.
Si la ministre Freeland est sensible à l'importance de dédommager les secteurs touchés, elle affirme qu'il serait inapproprié de s'engager à respecter un plan de compensation, alors que le gouvernement examine encore le texte de l'entente.