dimanche, novembre 29, 2015

La belle histoire du jour : ils sauvent un aigle, leur selfie devient viral

http://www.metronews.fr/info/

CRÉÉ : 29-11-2015 21:57

LIBÉRÉ, DÉLIVRÉ - Un aigle pris dans un piège au Canada a été libéré par deux frères qui chassaient à proximité. Avant que l’oiseau ne reprenne son envol, ils ont pris une photo devenue virale.


La belle histoire du jour : ils sauvent un aigle, leur selfie devient viral
Michael et Niel Fletcher posent avec llaigle 
"Tout le monde pense que c’est le selfie de l’année", s’amuse-t-il après du site Buzzfeed Canada. Michael Fletcher n’est pas peu fier du cliché le montrant avec son frère Neil et un aigle qu’ils venaient de libérer d’un piège, mis en ligne sur Facebook le 24 novembre et devenu viral depuis.
Ce jour-là, ces deux Canadiens de Sudbury, dans la province de l’Ontario (centre-est du Canada) sont en train de chasser dans un bois quand ils aperçoivent un aigle chauve - un animal protégé - pris dans le piège d’un chasseur. Voyant que la serre de l’oiseau est coincée, Michael et Neil décident de s'approcher pour le libérer. "Au début, l'aigle était un peu nerveux de nous voir là. [...] Dès qu'il a réalisé que nous étions en train d'essayer de l'aider, il s'est calmé un peu. Sa tête bougeait d'avant en arrière pour nous regarder, mais c'est tout ce qu'il faisait. [...] L'aigle s'accrochait au piège et nous avons eu du mal à le faire lâcher", raconte Niel sur la vidéo postée sur Facebook. Michael a lors enlevé son sweat à capuche pour le mettre sur la tête de l'oiseau afin de le maintenir pendant cette opération de sauvetage improvisée. "Moi et mon frère l’avons en quelque sorte tenu, et il a fini par se calmer", se souvient-il auprès du journal local Sudbury Star.
Opération de sauvetage virale
Avant de le relâcher, Michael et Neil prennent le temps de poser avec l’aigle qu’ils viennent de sauver. "Un aigle chauve que nous avons libéré d’un piège. Un selfie rapide avant qu’il ne s’envole", écrit Michael en légende de sa nouvelle photo de profil Facebook. Depuis, le cliché a été partagé plus de 1.700 fois sur le réseau social, mais surtout repris par de nombreux médias anglo-saxons.