jeudi, novembre 12, 2015

«Je pense qu’on devrait donner nos augmentations de salaire aux enseignants, aux infirmières et aux gens des secteurs publics», dit Alexandre Cloutier

http://www.journaldemontreal.com/

MISE à JOUR 
periode des questions  Alors que les manifestations se multiplient, afin de protester contre les mesures austères du gouvernement libéral, un projet de loi est déposé à l'Assemblée nationale, afin d’augmenter le salaire des députés et du premier ministre.
Questionné sur le contexte au cours duquel ce projet de loi est déposé, le député de Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier a fait cette déclaration surprenante:
«Moi je pense qu’on devrait donner, les députés, nos hausses de salaire aux enseignants, aux infirmières pis aux gens des secteurs publics.»
«Je le pense sincèrement! Je vous le dis comme je le pense, parce que ce n’est pas le bon timing», a indiqué Alexandre Cloutier.
«On offre 0 pour cent aux profs, on offre 0 pour cent aux infirmières, on offre 0 pour cent à nos fonctionnaires de la fonction publique. Qu’on prenne cet argent-là pis qu’on la redistribue», a-t-il proposé.
Le porte-parole de l’opposition officielle en matière d’éducation a aussi ajouté que les députés devraient être «solidaires» envers les travailleurs de l’État et que cette proposition devrait être «rejetée du revers de la main.»
«Le timing est mauvais. On aura amplement le temps de discuter des conditions de travail des députés dans un autre contexte», a-t-il expliqué.
«Il n’y a pas un travailleur au Québec qui accepterait d’être appauvri. Il n’y en a pas un! C’est la même chose pour les travailleurs de la fonction publique.»
Interrogé à savoir si le parti québécois allait voter contre ce projet de loi, le député Alexandre Cloutier, indique affirme que le parti ne «peut pas voter pour une augmentation de salaire à 30% par rapport aux enseignants et à tous les autres qui ont zéro.»
«Ça n’a juste aucun bon sens! Réglons la négo actuelle, faisons des offres qui sont décentes, arrêtons d’appauvrir notre fonction publique et on verra après», a-t-il conclu.
Une augmentation de salaire à coût nul
De son côté, le gouvernement soutient que ces augmentations de salaire se feront à coût nul pour les contribuables.
En effet, l’administration Couillard prévoit que ces hausses salariales seront épongées par les économies générées notamment par l’abolition des indemnités de départs des députés et par les modifications apportées au régime de retraite.