mercredi, novembre 11, 2015

Hydro-Québec débranche des clients à un rythme record

http://www.lapresse.ca/le-soleil/affaires/consommation/

Publié le 11 novembre 2015 à 05h00 | Mis à jour à 09h43
Des chandelles ont provoqué l'incendie qui a causé... (Collaboration spéciale Steve Jolicoeur)
COLLABORATION SPÉCIALE STEVE JOLICOEUR

Des chandelles ont provoqué l'incendie qui a causé des dommages évalués à 100 000 $ à un immeuble à logements de Limoilou, lundi.

(Québec) L'incendie qui a ravagé un immeuble à logements de Limoilou, lundi, a été causé par des chandelles qu'utilisait une locataire après qu'Hydro-Québec lui eut coupé l'électricité. Un drame qui survient alors qu'un nombre record de foyers se font couper le courant dans la province.
«Nos enquêteurs confirment que l'incendie est accidentel et qu'il a été causé par la flamme nue d'une chandelle», a expliqué, mardi, la porte-parole des pompiers de Québec, France Voiselle, à propos de l'incendie de la veille, au 2103, chemin de la Canardière. 
Le feu s'est déclaré vers 10h, lundi matin, au sous-sol d'un immeuble de six logements. Le courant dans l'appartement, où une femme vivait seule, avait été coupé par Hydro-Québec.
L'utilisation de chandelles, faute d'électricité, a pris une tournure dramatique. La femme se trouvait dans son logement lorsque l'incendie s'est déclenché et a dû être transportée à l'hôpital après avoir inhalé de la fumée. Tous les locataires de l'immeuble ont dû être évacués et ont été pris en charge par la Croix-Rouge. Les dommages sont évalués à 100 000 $.
L'incident survient alors qu'Hydro-Québec s'apprête à battre son triste record de 58 000 débranchements en un an, établi en 2014. En date du 30 septembre, 53 000 foyers avaient déjà été privés d'électricité en 2015 pour cause de retard dans les paiements. 
Rappelons que depuis trois ans, les tarifs d'électricité ont monté de près de 10 %.
Selon Hydro-Québec, la coupure du courant est une situation de dernier recours qui survient après deux mois où sont envoyés des avis de retard et de rappel, de même que des appels téléphoniques. Une fois que le courant est débranché, par contre, aucun suivi n'est fait pour s'enquérir de l'état du ménage qui doit fonctionner sans électricité. Pour que le courant revienne, il faut payer le montant dû à Hydro-Québec.
«On trouve la situation très inquiétante», admet Marc-Olivier Moisan, de l'Union des consommateurs. Le règlement d'Hydro-Québec prévoit que le courant doit être rétabli à tout le monde, pour des raisons humanitaires, entre le 1er décembre et le 31 mars. «Nous, on aimerait que ce soit à partir du 1er novembre. Avec le changement d'heure, la noirceur s'installe très tôt en novembre.»
M. Moisan rappelle également que l'absence d'électricité peut amener d'autres risques, comme l'utilisation de brûleur de camping à l'intérieur d'un appartement. «D'un point de vue social, c'est inacceptable de courir ces risques-là pour récupérer des montants qui sont dérisoires.»
Solution de dernier recours
Bien qu'Hydro-Québec ne peut commenter sur ce cas précis de l'incendie de lundi ni confirmer que l'électricité avait été coupée pour un retard de paiement, la porte-parole de l'entreprise, Nathalie Vachon, explique que les deux derniers hivers ont été les plus froids depuis la création de l'entreprise, en 1944. Ce qui explique, au moins partiellement, le nombre élevé de débranchements. Mme Vachon rappelle que la compagnie est ouverte aux ententes de paiement avec des clients qui ne sont pas en mesure de payer leurs factures. «Il ne faut pas se gêner d'appeler. On est très sensible avec notre clientèle à faible revenu.»
En fournissant des preuves de revenus, les ménages défavorisés peuvent effectivement bénéficier de tarifs réduits, confirme Francine Hamel, de l'Association coopérative d'économie familiale de Québec. «Ils doivent passer par nous, c'est quelque chose qu'on a réussi à obtenir auprès d'Hydro-Québec.»