mardi, novembre 17, 2015

De plus en plus de Canadiens ont recours aux banques alimentaires

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/

Radio-Canada avec La Presse Canadienne
Une banque alimentaire à Whitehorse, au Yukon
Une banque alimentaire à Whitehorse, au Yukon  Photo :  Raphaël Bouvier-Auclair

Les banques alimentaires canadiennes sont sollicitées par un nombre accru de citoyens pour une deuxième année de suite. Le recours aux banques alimentaires continue de frôler des niveaux records, selon une étude nationale. La situation est identique au Québec.
Le rapport Bilan-Faim 2015, de l'organisme Banques alimentaires Canada, révèle que 852 137 personnes, dont 305 366 enfants, ont eu accès à un tel service en mars de cette année. Une hausse de 1,3 % par rapport à la même période en 2014.
L'étude constate que le recours aux banques alimentaires a été plus élevé qu'avant le déclenchement de la crise économique de 2008 dans une proportion de 26 %. Cela signifie que par rapport à 2008, chaque mois, 175 000 personnes de plus demandent de l'aide.
Au Québec l'organisme indique que c'est 1,7 million de demandes qui sont faites chaque mois dans la province, ce qui constitue une hausse de près de 100 000 demandes par rapport à l'an dernier. Plus du tiers de ces demandes (342 987 paniers de provisions) sont effectuées pour des enfants.
Les banques alimentaires québécoises souffrent d'ailleurs d'une pénurie chronique. « Les demandes augmentent sans cesse, mais nous avons toujours un manque de denrées sans compter le manque de fonds pour récolter plus de dons en nourriture, explique le directeur général des Banques alimentaires du Québec », Zakary O. Rhissa. « Les enfants et les aînés, parmi les plus vulnérables de la société, sont de ceux qui sont le plus touchés par la faim au Québec », poursuit-il.
M. Rhissa souligne qu'avec un don d'un dollar, Banques alimentaires du Québec réussi à donner l'équivalent de trois repas.
De son côté, la directrice générale de Banques alimentaires Canada, Katharine Schmidt, signale que les gens se tournent vers les banques alimentaires à la suite d'une mise à pied, d'une maladie subite ou une augmentation de loyer qui empiète sur le budget alimentaire. Selon elle, des millions de Canadiens sont aux prises avec des revenus inférieurs aux sommes nécessaires pour assumer le coût de la vie de base.
Afin de diminuer le recours aux services des banques alimentaires, l'organisme propose d'investir dans le logement abordable, dans la formation pour des emplois bien rémunérés, d'accroître l'accès à de la nourriture traditionnelle et réduire l'insécurité alimentaire dans le Nord canadien.
Banques alimentaires Canada a coordonné l'étude auprès de plus de 4000 programmes alimentaires. Son étude Bilan-Faim, lancée en 1989, est la seule faite chaque année auprès des banques alimentaires et d'autres programmes alimentaires au Canada.