vendredi, octobre 02, 2015

Un meurtre de colons déclenche une chasse à l'homme en Cisjordanie

http://www.lepoint.fr/monde/

Un couple de trentenaires habitant la colonie de Neriah "ont été massacrés sous les yeux de leurs quatre enfants" alors qu'ils circulaient de nuit.



Publié le  | Le Point.fr

Des soldats israéliens patrouillent près de Jérusalem le lundi 1er décembre 2014 (photo d'illustration).
 
 

L'armée et le renseignement israéliens menaient une chasse à l'homme vendredi en Cisjordanie pour retrouver les meurtriers d'un couple de colons tués sous les yeux de leurs enfants, tandis que s'élevaient des appels au calme. Des centaines de soldats participaient aux recherches, accompagnées d'un gros effort de renseignement, a dit à l'Agence France-Presse un porte-parole de l'armée au lendemain du double meurtre commis entre les colonies d'Itamar et Elon Moreh, près de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie occupée.

"Massacrés sous les yeux de leurs quatre enfants"

"Nous allons les traquer jusqu'à ce que nous mettions la main sur eux et sur ceux qui les ont envoyés", a promis le ministre de la Défense, Moshé Yaalon. Eitam et Naama Henkin, âgés d'une trentaine d'années et habitants de la colonie de Neriah, "ont été massacrés sous les yeux de leurs quatre enfants" alors qu'ils circulaient de nuit, a indiqué le porte-parole de l'armée, le colonel Peter Lerner.
Les enfants, âgés de 4 mois à 9 ans, sont traumatisés mais indemnes. "Vers 21 heures, on a entendu des tirs très intenses et tellement forts qu'on s'est dit que les colons attaquaient", a relaté à l'Agence France-Presse Hamid, un riverain palestinien. "On a entendu des enfants pleurer devant nous, on y est allés et on a entendu une troisième salve, on ne savait pas ce qui se passait." "C'était une vision très pénible", rapportait dans la presse Boaz Malka, un secouriste, décrivant les corps criblés de balles d'Eitam Henkin à côté du véhicule et de Naama sur son siège.

La foule a éclaté en sanglots

Des milliers de personnes ont assisté vendredi aux funérailles du rabbin Henkin et de son épouse dans le grand cimetière de Har Hamenuhot, à la sortie de Jérusalem. Elles ont écouté silencieusement le président israélien Reuven Rivlin saluer leur mémoire et s'adresser aux colons présents qui sont, avec l'armée, en première ligne d'une "charge terroriste cruelle" et en paient "l'insupportable prix". La foule a éclaté en sanglots quand Matan, 9 ans, le seul enfant du couple présent, a prononcé une prière pour ses parents morts.
Dans un communiqué dont l'authenticité ne pouvait être vérifiée, un groupe se présentant comme affilié au Fatah, le parti du président palestinien Mahmoud Abbas, a revendiqué l'attaque. Le département d'État américain et l'Union européenne ont condamné l'attentat et lancé un appel au calme devant le risque d'escalade. L'armée israélienne a annoncé le renfort de plusieurs centaines d'hommes pour prévenir un tel danger. "Nous assistons en ce moment à un débordement" de violence, a assuré vendredi le ministre de la Défense sur les lieux du crime. Moshé Yaalon a espéré "stabiliser la situation rapidement" et a appelé les colons au calme. Ces derniers ont bloqué des routes jeudi soir et caillassé des véhicules palestiniens. Une voiture palestinienne a été incendiée près de Ramallah et des tags "vengeance" et "Henkin" ont été retrouvés sur place, a dit la police israélienne.

Affrontements sporadiques

La Cisjordanie, où 2,8 millions de Palestiniens vivent une cohabitation conflictuelle avec près de 400 000 colons, et Jérusalem-Est, partie palestinienne de Jérusalem annexée et occupée par Israël, sont en proie à de vives tensions. Elles se sont cristallisées autour du site ultra-sensible de l'esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l'islam et site le plus sacré pour les juifs. L'esplanade et la vieille ville qu'elle surplombe ont été le théâtre de heurts répétés ces dernières semaines.
Vendredi, des Palestiniens interdits d'accès pour la prière hebdomadaire à cause des restrictions d'âge imposées par les autorités israéliennes ont eu des affrontements sporadiques avec des policiers près de la porte des Lions, donnant sur la vieille ville. La poursuite de la colonisation en Cisjordanie reste en outre un important facteur de crispations. Un bébé palestinien de 18 mois et ses deux parents ont trouvé la mort cet été dans un incendie imputé à des extrémistes juifs qui se vengeraient de ce qu'ils estiment être des atteintes à la colonisation.

Au moins 27 morts du côté palestinien et au moins 6 du côté israélien en 2015

Les violences liées au conflit ont fait au moins 27 morts du côté palestinien et au moins 6 du côté israélien en 2015, selon un décompte de l'Agence France-Presse. La droite israélienne s'est déchaînée contre le président palestinien. "Chaque parole que prononce Abou Mazen est un encouragement au meurtre de juifs", a dit la ministre de la Culture, Miri Regev, en employant le surnom de M. Abbas. Cette semaine, lors de leurs discours respectifs à l'ONU, MM. Abbas et Netanyahu ont mesuré le fossé qui les sépare d'une reprise des négociations de paix, le premier déclarant que les Palestiniens n'étaient plus liés par les accords passés.