dimanche, octobre 04, 2015

Secteur public: des dizaines de milliers manifestent pour leurs conditions

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le samedi 03 octobre 2015 à 16h30. Modifié par Léandre Drolet à 17h29.
Secteur public: des dizaines de milliers manifestent pour leurs conditions
Des milliers de manifestants ont envahi les rues de Montréal./Peter McCabe-PC
MONTRÉAL - Des dizaines de milliers de travailleurs du secteur public, 150 000 selon les organisateurs, ont manifesté samedi, à Montréal, dans le but de mettre de la pression sur le gouvernement dans le cadre des négociations pour le renouvellement de leurs conventions collectives. Et ils ont aussi dénoncé les compressions budgétaires qui affectent l'ensemble des services.
Le président de la CSN, Jacques Létourneau.
 
 
 
00:00
 
00:00
 
 
 
 
 
 
La marche a commencé à 12 h 30 au pied du mont Royal et les marcheurs se sont dirigés vers les bureaux du premier ministre Philippe Couillard, au centre-ville. Tout s'est déroulé calmement; de nombreux enfants étaient présents.

Pas moins de 384 autobus ont été nolisés provenant de toutes les régions du Québec, et c'est sans compter les manifestants qui provenaient de la grande région de Montréal. Il s'agissait certainement d'une des plus grosses manifestations des dernières années.

Le front commun des secteurs public et parapublic voulait ainsi exprimer son mécontentement, après plusieurs mois de négociations avec les représentants gouvernementaux.

Le gouvernement Couillard offre à l'ensemble des employés de l'État deux années de gel, suivies de trois années avec des augmentations de 1 pour cent par année, soit 3 pour cent sur 5 ans.

Le front commun des secteur public et parapublic réclame plutôt 4,5 pour cent d'augmentation par année pendant trois ans, soit 13,5 pour cent d'augmentation sur trois ans.

«M. (Martin) Coiteux (président du Conseil du trésor), vous dites vouloir régler; il faudrait que les bottines suivent les babines. Vos négociateurs, ils sont bien fins, mais ils n'ont pas de mandat. M. Coiteux, notre mobilisation sera à la hauteur de votre arrogance», a lancé le président de la FTQ, Daniel Boyer, à la fin de la manifestation.

Les manifestants étaient gonflés à bloc. Presque chaque tirade d'un chef syndical a été accueillie par une salve d'applaudissements, des klaxons, des cris. Bon nombre des manifestants étaient des femmes. La présidente de l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux, Carolle Dubé, a d'ailleurs rappelé que 75 pour cent des employés du secteur public étaient des femmes.

«Plus c'est coûteux, plus c'est Coiteux», pouvait-on lire sur une pancarte. «La grève, j'y songe», disait une autre. Et sur une énorme boule noire placée devant les bureaux du premier ministre Couillard, on pouvait lire «Couillard est un boulet».

Le président de la CSN, Jacques Létourneau, a promis que la mobilisation allait s'intensifier si le gouvernement restait sur ses positions.

«Nous, on croit à la négociation. On pense qu'on est capable d'en arriver à une entente négociée, mais c'est clair que si le gouvernement ne bouge pas, comme il le fait depuis un an, la mobilisation va s'intensifier. C'est clair que la colère des travailleuses et travailleurs se fait sentir de plus en plus», a rapporté le président de la CSN, qui représente le plus gros contingent des employés du secteur public. Quelque 170 000 de ses membres sont concernés par cette négociation.

Après cette manifestation d'envergure, les syndicats du front commun vont «entreprendre des activités de perturbations socioéconomiques dans les prochains jours», dans toutes les régions du Québec, a prévenu M. Boyer.

Au cours des derniers jours, la CSN a annoncé que ses syndicats avaient obtenu des mandats de grève à 85 pour cent — la CSN compte des milliers de membres dans les établissements de santé et de services sociaux. À la Centrale des syndicats du Québec — qui représente notamment les deux tiers des enseignants du primaire et du secondaire — les mandats atteignent 82 pour cent. Et cette négociation concerne 130 000 de ses membres. À la FTQ aussi — 40 000 membres dans les secteurs public et parapublic — le mandat de grève atteint 85 pour cent.

«À date les mandats de grève sont très forts; les assemblées bondées. On ne parle pas de mandats de grève à 51 pour cent ou aux deux tiers. Les mandats de grève à 85, 90, 95 pour cent. Le but, ce n'est pas de faire la grève, ce n'est pas de faire des moyens de pression; c'est de négocier. On demande à M. Coiteux de donner des mandats à ses négociateurs, parce que c'est fini le niaisage. C'est fini, sinon on va exercer les mandats qu'on a», a tonné M. Boyer.

Le mandat de grève du front commun des secteurs public et parapublic consiste en six journées de grève tournante, sur une base régionale ou nationale, à être tenues au moment jugé opportun. C'est le front commun qui décidera des dates de ces débrayages, le cas échéant.