lundi, octobre 26, 2015

Les Hells auraient envisagé d'assassiner Pierre Péladeau

http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/

Publié le 26 octobre 2015 à 05h00 | Mis à jour à 05h00
À l'époque de la guerre des motards, les... (PHOTO ARMAND TROTTIER, archives LA PRESSE)
PHOTO ARMAND TROTTIER, ARCHIVES LA PRESSE

À l'époque de la guerre des motards, les Hells trouvaient qu'il y avait trop de «mauvaise publicité» sur leur bande dans les médias, et particulièrement dans Le Journal de Montréal, fondé par Pierre Péladeau.
En pleine guerre des motards, les Hells Angels ont songé à assassiner le fondateur du Journal de Montréal, Pierre Péladeau, affirme le délateur Sylvain Boulanger. La bande était excédée par le traitement médiatique négatif dont elle faisait l'objet.
L'ex-membre en règle de la section de Sherbrooke, qui collabore avec la police depuis 2006, y est allé de cette révélation surprenante alors qu'un enquêteur l'interrogeait sur des crimes non élucidés survenus lors du conflit opposant les Hells aux Rock Machine.
Le délateur Sylvain Boulanger est à l'origine de l'opération SharQc, la plus vaste opération anti-motards au Canada.
Plus de six ans après le début des procédures judiciaires, la majorité des accusés ont plaidé coupable à une accusation de complot de meurtre en échange de l'abandon par la poursuite des accusations les plus graves. Le délateur aurait dû témoigner pour la première fois cet automne contre cinq Hells qui avaient leur procès pour une série de meurtres depuis août dernier. Or, le 9 octobre dernier, ces cinq Hells ont été libérés après que le juge James Brunton a décrété un arrêt des procédures en raison d'un «grave abus» commis par la poursuite, levant du même coup l'interdit de publication dont les révélations du témoin spécial étaient frappées jusqu'ici.
Boulanger a donné de l'information à la police concernant 22 meurtres commis à l'époque de la guerre des motards.
Lors d'un party d'anniversaire de la bande de motards à Sorel, Sylvain Boulanger affirme avoir reçu les confidences d'un membre en règle de la section de Sherbrooke à propos du projet d'attentat contre le fondateur du Journal de Montréal.
Ce membre en règle aurait dit à Sylvain Boulanger que le chef des Nomads, Maurice Boucher, ferait tomber M. Péladeau le soir même. L'attentat n'a pas eu lieu.
Boulanger ne se souvient pas de la date exacte du party. Il le situe un 5 décembre ou un 5 octobre, «avant les attentats contre les gardiens de prison».
Une première gardienne de prison - Diane Lavigne - a été assassinée le 26 juin 1997 par des motards qui voulaient prendre du galon dans l'organisation des Hells. Puis, le 8 septembre de la même année, deux motards ont attaqué un fourgon cellulaire en route vers la prison de Rivière-des-Prairies. L'agent Pierre Rondeau est mort, alors que son collègue Robert Corriveau a survécu.
Alors, l'attentat contre Pierre Péladeau? Paroles en l'air dans un party ou plan abandonné?
Le délateur ne donnera pas beaucoup plus de détails sur le sujet. Aucune accusation n'a été déposée concernant ce complot allégué.
L'homme d'affaires québécois est mort le 24 décembre 1997, de cause naturelle.
«Mauvaise publicité»
À l'époque de la guerre des motards, les Hells trouvaient qu'il y avait trop de «mauvaise publicité» sur leur bande dans les médias, et particulièrement dans Le Journal de Montréal.
Rappelons que le conflit qui a opposé les Hells Angels aux Rock Machine de 1994 à 2002 pour le contrôle du trafic de drogues au Québec a fait quelque 160 morts, dont une vingtaine de victimes innocentes.
Les motards se sont notamment attaqués au journaliste Michel Auger - qui a survécu à l'attentat qui l'a visé le 13 septembre 2000 - parce qu'il était trop près de la police, toujours selon Boulanger.
À l'époque, la rumeur au sein de la bande voulait que les Nomads de Maurice Boucher soient derrière la tentative de meurtre. D'autres membres des Hells ont discuté du fait que «ça allait trop loin», toujours d'après le délateur.
Des membres du gang de motards arrêtés dans le cadre de l'opération Printemps 2001, dont Serge Boutin, qui est devenu délateur, ont aussi confirmé que ce sont les Hells Angels qui avaient commandé l'attentat contre Michel Auger.
Outre le tireur, dont la police n'a jamais révélé l'identité, au moins trois autres personnes auraient participé à l'attentat. Les tests sur les échantillons d'ADN trouvés dans la voiture qui a servi à la fuite des suspects ne se sont pas avérés concluants. Personne n'a été accusé dans cette affaire.