dimanche, octobre 25, 2015

Les femmes autochtones deviennent une priorité pour Québec

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/politique/

Mise à jour le samedi 24 octobre 2015 à 18 h 33 HAE

Les demandes pour faire la lumière sur la violence subie par les femmes autochtones se multiplient. À Québec, la Commission des relations avec les citoyens qui doit se pencher sur le problème va se rencontrer jeudi pour organiser ses travaux.
Un texte de Mylène CrêteTwitterCourriel
« Les membres de cette commission avaient déjà un mandat pour se pencher sur la violence faite aux femmes autochtones, a expliqué la ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault, lors d'une entrevue aux Coulisses du pouvoir. C'est le plus pur des hasards qui a fait en sorte que les choses se passent comme ça. »
L'entrevue avec la ministre Lise Thériault sera diffusée aux Coulisses du pouvoir dimanche à 11 h sur ICI Radio-Canada Télé.
Cette commission parlementaire s'ajoute au travail qui sera effectué par quatre ministres en réaction à la diffusion d'un reportage bouleversant à l'émission Enquête où des femmes autochtones révélaient avoir été agressées sexuellement par des policiers de la Sûreté du Québec.
Quatre ministres interpellés :

  • Lise Thériault, ministre de la Sécurité publique
  • Geoffrey Kelley, ministre responsable des Affaires autochtones
  • Stéphanie Vallée, ministre de la Justice et ministre responsable de la Condition féminine
  • Lucie Charlebois, ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse et à la Santé publique
« Chacun, dans nos ministères, nous avons une portion de travail à faire, dit Lise Thériault. Mais je veux rassurer les gens, nous travaillons ensemble pour trouver les bonnes solutions adaptées à cette problématique-là. »
« Parallèlement à ça, il y a également M. Trudeau qui a pris l'engagement d'aller de l'avant avec une enquête nationale, donc là vous comprendrez qu'on ne peut pas débuter 12 enquêtes », poursuit-elle.
Un problème plus large
Les demandes d'enquêtes se multiplient au Québec non seulement sur les cas d'agressions de femmes autochtones par des policiers, mais également sur les cas de femmes autochtones disparues ou assassinées. La plus récente : celle d'Amnistie internationale, qui demande que le mandat de la Commission des relations avec les citoyens soit élargi pour qu'il englobe la question des femmes disparues ou assassinées sur le territoire québécois et celle de la violence envers les femmes autochtones autant dans leur communauté qu'en milieu urbain.
Le premier ministre désigné du Canada, Justin Trudeau, avait promis en campagne électorale de lancer sans délai une enquête publique nationale sur les femmes autochtones assassinées ou disparues. Une telle enquête aurait pour but de mener à des recommandations concrètes pour les gouvernements, les forces de l'ordre et les intervenants concernés par ce problème.
Les ministères du gouvernement du Québec sont également en train de réviser les recommandations de la Commission de vérité et réconciliation déposées en juin. Cette commission avait été mise sur pied par le gouvernement fédéral pour faire la lumière sur les pensionnats autochtones.
La ministre de la Sécurité publique du Québec espère pouvoir travailler en collaboration avec le gouvernement fédéral. Avec les nouvelles allégations dévoilées à Enquête, il devient difficile pour tous les paliers de gouvernement de continuer à ignorer un problème passé sous silence durant des années.
« Je ne suis pas la seule à avoir eu une réaction très forte et émotive par rapport aux images qui sont là, remarque Lise Thériault, qui a été envahie par l'émotion lors d'un point de presse vendredi. Je peux vous confirmer que dans l'équipe de ministres, nous sommes tous choqués par ces images. C'est évident que ça va prendre des réponses rapides, à moyen terme et à plus long terme. C'est un phénomène très complexe. Ce n'est pas juste les policiers. C'est au-delà de ça. »
Lise Thériault affirme que le gouvernement québécois devra travailler de concert avec les nations autochtones, le gouvernement fédéral et les municipalités concernées pour trouver des pistes de solution.