samedi, octobre 10, 2015

Le groupe État islamique s'empare de plusieurs villages au nord d'Alep, en Syrie

http://www.985fm.ca/international/nouvelles/

Publié par Associated Press le vendredi 09 octobre 2015 à 21h35.
Le groupe État islamique s'empare de plusieurs villages au nord d'Alep, en Syrie
BEYROUTH — Le groupe armé État islamique s'est emparé vendredi de plusieurs villages près d'Alep, en Syrie, qui étaient jusqu'à présent occupés par d'autres insurgés.
Les djihadistes ont lancé cette attaque surprise en dépit des lourdes frappes aériennes russes qui, selon Moscou, ciblent le groupe extrémiste.

Moscou affirme depuis le début de son opération qu'elle vise d'abord et avant tout des combattants du groupe armé État islamique (ÉI), mais des représentants américains et les rebelles syriens disent que les frappes russes ont principalement ciblé les positions des rebelles dans un appui au régime du président Bachar el-Assad. Plusieurs factions rebelles se battent également contre les extrémistes du groupe ÉI.

Selon Bahaa al-Halaby, un militant à Alep, ceux qui disent vouloir combattre le groupe armé ÉI veulent en fait s'en prendre aux opposants au régime de Bachar el-Assad au pays.

M. Al-Halaby affirme que les Russes n'ont pas attaqué les extrémistes de l'ÉI à Alep, ville divisée entre les forces gouvernementales et plusieurs groupes rebelles.

«Ils tentent d'en finir avec les rebelles», a-t-il lancé.

D'autres militants se demandaient également où étaient les Américains dans toute cette opération. «Pourquoi les États-Unis n'ont pas attaqué les combattants (de l'ÉI) pendant leur attaque?», a dit Rami Abdurrahman, de l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

Le chef-adjoint de l'État-major général de l'armée russe Igor Makushev a indiqué que les avions chasseurs avaient mené 67 frappes au cours de la dernière journée, une augmentation significative par rapport aux jours précédents. Les tirs auraient tué 100 combattants, selon M. Makushev.

«Les militants enregistrent des pertes importantes avec les frappes russes et doivent changer leurs stratégies, rassembler leurs forces», a soutenu le dirigeant militaire.

Selon l'organisme Human Rights Watch (HRW), l'opération des Russes à Tabiseh, le 30 septembre dernier, a causé la mort d'au moins 17 civils et en a blessé 72 autres. L'événement devrait faire l'objet d'une enquête pour des possibles crimes de guerre, selon le HRW.

Des groupes affiliés au HRW ont indiqué que des avions qui semblaient être russes avaient tiré sur les villes de Zaafaraneh et Rastan, tuant 17 autres civils.

La presse officielle iranienne rapporte par ailleurs qu'un général de la puissante Garde révolutionnaire a été tué près d'Alep, mais on ne sait pas si la mort du général Hossein Hamedani est liée à l'offensive du groupe État islamique.

L'agence de presse iranienne IRAN indique que le général se trouvait en Syrie à titre de conseiller.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme, à Londres, affirme que cette percée des djihadistes a débuté jeudi soir. Les militants se seraient emparés des villages de Tal Qrah, de Tal Sousin et de Kfar Qares, ce qui représenterait leurs gains les plus importants des derniers mois.

Les djihadistes auraient aussi capturé une ancienne base militaire que des insurgés avaient pris aux forces gouvernementales il y a deux ans. La base se trouve à une quinzaine de kilomètres au nord-est d'Alep et à environ un kilomètre d'une zone industrielle contrôlée par le régime le long de la frontière nord de la ville.

Des médias associés au groupe État islamique affirment que les djihadistes se sont tout d'abord emparés de l'ancienne base militaire, avant de poursuivre une offensive qui aurait vu six villages tomber entre leurs mains.

Des militants rapportent également une vingtaine d'explosions à Raqqa, une autre ville contrôlée par le groupe État islamique dans le nord de la Syrie. L'Observatoire dit que 14 djihadistes ont été tués et plus d'une vingtaine blessés. L'origine des explosions n'est pas connue, mais le ministre français de la Défense a reconnu vendredi que son armée de l'air a bombardé un camp d'entraînement à Raqqa.