vendredi, octobre 02, 2015

Élections: une lutte à deux se dessine

http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/politiquefederale/archives/

Dominique La Haye

MONTRÉAL - La dégringolade du NPD dans les intentions de vote profite aux libéraux de Justin Trudeau et laisse présager une lutte à deux au pays en vue des élections du 19 octobre.
C'est ce que révèle un nouveau sondage Léger réalisé pour le compte de TVA-Le Journal-Le Devoir, selon lequel les libéraux sont légèrement en tête (32 %), talonnés de près par les conservateurs (30 %), pendant que le NPD a chuté (26 %).
Au Québec, si les troupes de Thomas Mulcair mènent toujours dans les intentions de vote à 28 %, elles ont en revanche perdu 10 points en seulement une semaine, alors qu'un sondage Léger effectué pour The Globe and Mail les plaçait à 38 %.
«Tout le monde bénéficie de la baisse des intentions de vote du NPD au Québec», souligne Christian Bourque, vice-président et associé chez Léger.
Le Bloc a repris du poil de la bête, et recueille maintenant le plus d'appui chez les francophones au Québec avec 30 pour cent.
Si rien ne laissait présager un tel revirement au début de cette longue campagne, «ça démontre que le vote du NPD était fragile et demeure fragile, donc c'est un double espresso pour le NPD», poursuit M. Bourque.

L'EFFET NIQAB

La controverse sur le niqab - une véritable patate chaude au Québec pour M. Mulcair dont le parti partage pourtant sensiblement la même position que les libéraux - ne serait pas l'unique raison de l'effritement des appuis pour le NPD. Il s'agit selon M. Bourque, d'une tendance lourde favorable aux libéraux qui ne cessent de gagner du terrain depuis le mois de juillet.
«Ce n'est pas une «bulle». Les conservateurs ont connu un creux de vague et se sont replacés et le NPD, depuis août, ne cesse de perdre du terrain», souligne-t-il. Le sondage montre qu'une forte proportion des répondants (43 %) pourrait changer son vote au cours des deux prochaines semaines. Cette volatilité se reflète entre le NPD et les libéraux, qui agissent comme vases communicants pour la moitié de leurs sympathisants, prêts à voter pour l'un ou l'autre des deux partis.
L'élection fédérale prend des allures de référendum contre Stephen Harper, alors que plus de la moitié des gens se disent déçus si les conservateurs sont reportés au pouvoir. Seulement 16 % des répondants croient que le NPD a des chances de former le prochain gouvernement.
«Ces chiffres sont inquiétants pour le NPD, parce que si peu de gens pensent qu'ils peuvent battre les conservateurs alors peut-être que certains vont questionner leur allégeance au NPD», croit M. Bourque.
Même si à la lumière de ce sondage les libéraux sont en avance dans les intentions de vote, c'est un gouvernement conservateur minoritaire qui serait élu par une «marge extrêmement fine», estime le responsable de notre Calcul électoral, Pierre Martin. Cette légère avance leur revient de l'avantage que leur confère la carte électorale.

MÉTHODOLOGIE

La présente étude a été réalisée par le biais d'un sondage Internet dans toutes les régions canadiennes auprès de citoyens qui ont le droit de vote au Canada. Pour cette étude 2 107 répondants, dont 999 au Québec, âgés de 18 ans et plus ont été interrogés entre le 28 et le 30 septembre 2015.
Léger a surreprésenté l'échantillon du Québec afin d'obtenir des résultats plus précis pour cette province. Par contre, lorsqu'on observe les chiffres nationaux, toutes les régions, incluant le Québec, ont été pondérées en fonction de leur poids réel dans la fédération.
Les données finales du sondage ont été pondérées à l'aide des données du recensement de 2011 selon l'âge, le sexe, la langue maternelle, la région et le niveau de scolarité de façon à garantir un échantillon représentatif de la population. Aux fins de comparaison, un échantillon probabiliste de 2 107 répondants aurait une marge d'erreur de +/- 2,1%, et ce, dans 19 cas sur 20.