dimanche, octobre 11, 2015

Élections Canada 2015 Les visages couverts se multiplient dans les bureaux de vote

http://ici.radio-canada.ca/sujet/

Mise à jour le samedi 10 octobre 2015 à 18 h 44 HAE
Un jeune homme s'est présenté au bureau de vote par anticipation portant un masque.
Un jeune homme s'est présenté au bureau de vote par anticipation portant un masque.  Photo :  Radio-Canada

Sacs de patates, cagoules, masques de clown, etc. : des électeurs du Québec usent de nombreux moyens pour protester contre le vote à visage couvert dans les bureaux de scrutin. Une employée d'Élections Canada a même quitté son poste à l'arrivée d'un électeur voilé.
Danielle Drolet, qui agissait comme greffière dans un bureau de vote de Québec, raconte avoir perdu son sang-froid. « C'est trahir un peuple que de vivre à visage couvert. Quand quelqu'un m'arrive à visage couvert de même, c'est une agression directe contre et contre les personnes qui sont devant. [...] C'est un viol contre la laïcité contre ce que nous sommes. Ça dit carrément "ce que tu es, je ne le veux pas". »
Mais la personne qui était devant elle ne portait pas le niqab. Elle s'était seulement voilée en guise de protestation.
Ils sont de de plus en plus nombreux à se jouer du système, dit l'agente de liaison pour Élections Canada dans la région de Québec, Monique Garcia.
« J'en ai eu cinq dans la journée d'hier, mais aujourd'hui dans Louis-Saint-Laurent, il y a beaucoup de madames qui viennent avec [de faux] voiles pour voter. Il y en a eu quatre ce matin en l'espace d'une heure, puis la première a dit : ''vous en aurez d'autres cet après-midi''. »
Mme Garcia se désole que ces personnes ralentissent ainsi le processus, en devant prêter serment à défaut de vouloir montrer leur visage.
« Ce n'est pas une manière de protester en utilisant les électeurs normaux qui veulent voter. C'est retarder le vote, c'est faire attendre les personnes âgées, les madames avec les poussettes, tout le monde. Si on veut protester, je pense qu'il y a d'autres moyens », dit-elle
Dans Laurier-Sainte-Marie, à Montréal, un électeur a mis un masque au moment d'exercer son devoir de citoyen. Malgré les délais qu'entraîne la procédure du vote avec le visage couvert, les électeurs qui faisaient la file étaient plutôt favorables à cette forme de protestation.
Le débat s'est aussi étendu à la rue. Un Montréalais a revêtu une burqa pour protester contre l'islam. Son message a interpellé une jeune musulmane qui passait par là. L'échange a été musclé.

Une page Facebook qui encourage les électeurs à voter à visage couvert a maintenant plus de 9000 inscrits, qui ont signifié leur intention de suivre la consigne.
L'une des trois instigatrices de cette page, Caroline Leclerc, accuse la classe politique de ne pas être au diapason de l'opinion publique. « Ce qu'on dit à notre gouvernement, c'est qu'il y a une loi qui permet de voter à visage couvert qui, selon nous, ne représente pas nos valeurs de démocratie et nos valeurs d'égalité homme femme. On leur demande d'aller déposer un projet de loi qui va rectifier le tir. »
« Ce n'est pas les gens qui vont voter avec un sac à patates ou un autre déguisement sur la tête qui sont ridicules. Ce qui est ridicule, c'est que nos lois permettent de le faire, et là, on va le dénoncer. »— Caroline Leclerc

Réactions politiques partagées
Le chef libéral Justin Trudeau ne s'offusque pas des moyens pris par certains pour protester contre le vote à visage couvert. « Je suis juste content de voir autant de gens voter, qu'ils votent comme ils veulent », a-t-il commenté, lors d'un arrêt à Iqaluit.
En l'absence du chef conservateur samedi, le ministre sortant des Finances, Joe Oliver, qui tenait un point de presse à Toronto, été questionné sur le sujet. Affirmant ne pas être au courant du mouvement, il a toutefois jugée que, de toute façon, le niqab n'est « pas important pour la plupart des Canadiens ».
Le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, le seul à demander que le vote se fasse à visage découvert, n'est toutefois pas d'accord avec la tactique des protestataires, la jugeant incohérente. « Ça envoie un mauvais message, dit-il. Nous sommes contre le vote à visage voilé comme l'est unanimement l'Assemblée nationale. Donc, quand on est contre quelque chose on ne fera pas exactement la même chose qu'on dénonce.
Présente à un rassemblement à Montréal, la chef du Parti vert, Élisabeth May, s'en est prise au chef conservateur pour son instrumentalisation du voile. « C'est vraiment affreux que M. Harper ait divisé la population du Canada avec un enjeu inutile, une question marginale. »
Quand au chef néo-démocrate, Thomas Mulcair, il a refusé de commenter l'affaire, préférant se réjouir du nombre élevé de votes par anticipation. 
La loi fédérale permet aux électeurs de voter à visage couvert depuis 2007. Ils peuvent aussi voter par la poste.
Un vote par anticipation très couru

Quelque 850 000 personnes ont voté par anticipation vendredi au Canada. Il s'agit d'une hausse de 26 % par rapport à 2011 (673 000 personnes) et de 90 % comparativement à 2008 (448 000 personnes).