lundi, octobre 12, 2015

Cinq employés d'Air France interpellés pour les agressions de dirigeants

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/international/

Mise à jour le lundi 12 octobre 2015 à 4 h 40 HAE
Xavier Broseta, directeur des ressources humaines d'Air France
Xavier Broseta, directeur des ressources humaines d'Air France  Photo :  Jacky Naegelen / Reuters

Cinq salariés d'Air France soupçonnés d'avoir agressé des cadres de la compagnie le 5 octobre dernier ont été interpellés lundi matin à leur domicile et placés en garde à vue, a-t-on appris de source judiciaire.
Le directeur des ressources humaines, Xavier Broseta, et un responsable de l'activité long-courrier, Pierre Plissonnier, avaient été pris à partie par des salariés en colère après l'annonce d'un plan de licenciement.
Les images montrant ces cadres fuyant les manifestants, chemise arrachée et costume déchiré, ont fait le tour du monde. Trois autres cadres avaient été agressés et deux vigiles blessés, dont l'un avait sombré brièvement dans le coma.
Selon des sources policières et judiciaires, au moins quatre salariés interpellés sont des militants syndicaux du personnel au sol de la branche cargo d'Air France, qui ont été identifiés grâce aux images vidéo de ces incidents.
Ils ont été arrêtés par la police de l'air et des frontières, qui mène l'enquête, ont précisé ces sources.
Le parquet de Bobigny a ouvert le 6 octobre dernier une enquête pour dégradations, entrave au fonctionnement du comité central d'entreprise (CCE) et violences en réunion à la suite des débordements qui avaient interrompu la veille la réunion du CCE de la compagnie.
Ces faits sont passibles en théorie d'une peine pouvant aller jusqu'à cinq ans de prison.
Les salariés interpellés sont soupçonnés d'être les auteurs des violences du 5 octobre. Mais d'autres salariés de la compagnie aérienne pourraient être interpellés ou, au moins, entendus par la police, indiquent les sources.
Contactée par Reuters, la direction d'Air France a refusé de commenter ces informations. « Air France ne fera aucun commentaire sur l'enquête judiciaire », a dit une porte-parole.