mercredi, septembre 02, 2015

Legault va heurter un mur constitutionnel, prédit Péladeau

http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/politique/

Publié le 02 septembre 2015 à 14h27 | Mis à jour à 14h27
Pierre Karl Péladeau en compagnie du whip en... (Collaboration spéciale, Steeve Paradis)
COLLABORATION SPÉCIALE, STEEVE PARADIS
Pierre Karl Péladeau en compagnie du whip en chef du groupe parlementaire péquiste, Marjolain Dufour, député de René-Lévesque.

STEEVE PARADIS
Collaboration spéciale
Le Soleil
(Baie-Comeau) Selon Pierre Karl Péladeau, la Coalition avenir Québec va vite se buter aux écueils de la Constitution canadienne, maintenant que le parti de François Legault s'est doté d'une position en matière constitutionnelle.
«Il (M. Legault) va rapidement rencontrer, une fois de plus, les limitations du périmètre du régime fédéral», a lancé le chef du Parti québécois (PQ), qui concluait mercredi à Baie-Comeau une tournée de trois jours sur la Côte-Nord. «Si on veut véritablement avancer au Québec, il va falloir tous nos attributs, toutes nos compétences», a-t-il martelé.
Le Canada ne répond plus depuis longtemps aux aspirations du Québec, a ajouté M. Péladeau, qui estime que les Québécois ne croient plus aux prétendues vertus d'un fédéralisme renouvelé.
«Lorsqu'il y a eu des tentatives de modification constitutionnelle, ça a fini par plusieurs échecs», a signalé le chef de l'opposition, rappelant notamment la conclusion négative des accords du Lac Meech et de Charlottetown. «On est passés à d'autres choses, car nous sommes obligés d'arriver à la conclusion définitive qu'il n'y aura plus aucune possibilité de modification constitutionnelle envisageable pour le Québec», a-t-il enchaîné.
Le chef péquiste a profité de l'occasion pour se livrer à une charge contre le gouvernement fédéral «qui, plutôt que d'investir dans ses compétences, empiète sur celles du Québec».
«Le fédéral est censé s'occuper des infrastructures portuaires et aéroportuaires, mais il les abandonne. Pourtant, on continue de payer nos impôts à Ottawa, à hauteur de 48 milliards de dollars par année», a conclu Pierre Karl Péladeau.