mercredi, septembre 09, 2015

Le plan de Péladeau pour transformer le PQ en une « machine de guerre »

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/politique/

Mise à jour le mardi 8 septembre 2015 à 21 h 49 HAE
Péladeau veut faire du PQ une « machine de guerre »

Exclusif - Le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, a l'intention de créer une école de formation permanente pour les militants de sa formation politique, selon les informations obtenues par Radio-Canada.
Un texte de Michel PepinTwitterCourriel et de Davide GentileTwitterCourriel
Dans sa volonté de rénover le parti, Pierre Karl Péladeau et le nouveau directeur général du PQ, Alain Lupien, ont indiqué à une centaine d'organisateurs, réunis à huis clos le 29 août à L'Assomption, leur volonté de réimplanter une école pour inculquer aux militants les arguments pour l'indépendance du Québec qui seront développés par l'Institut de recherche appliquée sur la souveraineté.
Cet institut, évoqué à maintes reprises par Pierre Karl Péladeau, serait lancé d'ici la fin de l'année.
C'est une stratégie sur trois ans, jusqu'aux élections de 2018, que les deux hommes ont présentée devant les organisateurs péquistes, dans le but de faire du Parti québécois une « machine de guerre », selon une expression mentionnée par des militants.
Dans cette stratégie, les médias sociaux joueront un rôle central, avec l'aide du logiciel « Nation Builder » qui a servi aux campagnes électorales de Barack Obama aux États-Unis. Ces logiciels de campagne électorale sont de plus en plus répandus parmi les partis politiques des démocraties occidentales.
Les deux hommes ont affirmé leur volonté de décentraliser le parti, de donner davantage de pouvoirs aux circonscriptions et d'encourager les initiatives locales. Ils entendent relancer le recrutement et le financement par une présence constante sur le terrain. Pierre Karl Péladeau était en tournée une partie de l'été, et Alain Lupien devrait se rendre dans toutes les circonscriptions du Québec.
Un parti résolument souverainiste
Le chef du PQ a déclaré qu'il entendait désormais afficher clairement la volonté de son parti de réaliser la souveraineté du Québec.
Vers la fin novembre, le parti formera un comité directeur qui sera chargé de préparer un congrès d'ici la fin 2016 ou dans les premiers mois de 2017. L'article 1 du programme du PQ sur l'accession du Québec à la souveraineté sera au coeur des débats. Actuellement, cet article prévoit qu'un gouvernement du Parti québécois consulterait les Québécois par référendum « au moment jugé approprié ».
« Ça passe ou ça casse »
Les discours des deux hommes ont été accueillis par des ovations par la centaine d'organisateurs présents, pour la plupart des présidents et des vice-présidents d'associations de circonscriptions. Les interventions sur le plancher ont été positives et la bonne humeur des militants était évidente à la sortie de cette rencontre. La détermination de Pierre Karl Péladeau de promouvoir l'indépendance du Québec, dès maintenant et jusqu'aux élections de 2018, a été perçue comme un virage majeur.
Au cours des derniers jours, plusieurs militants, organisateurs et élus du Parti québécois ont utilisé des expressions comme « ça passe ou ça casse » ou encore « c'est tout ou rien » pour décrire la prochaine campagne électorale de 2018.