mardi, septembre 08, 2015

L'ASSE se prépare à un automne chaud pour lutter contre l'austérité

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/

Mise à jour le mardi 8 septembre 2015 à 15 h 44 HAE   Radio-Canada avec La Presse Canadienne
Hind Fazazi, de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ)
Hind Fazazi, de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSE)

Fidèle à sa réputation d'organisation combative, l'ASSE prévient qu'aucun moyen ne sera exclu pour combattre les politiques d'austérité du gouvernement Couillard. Et, comme prévu, elle se mêlera aux syndicats des secteurs public et parapublic qui doivent manifester cet automne dans le cadre de la négociation pour le renouvellement de leurs conventions collectives.
L'Association pour une solidarité syndicale étudiante a rencontré les médias, mardi, pour annoncer sa campagne de mobilisation de l'automne. Celle-ci commençait d'ailleurs par des journées d'action dans plusieurs campus ce jour-là pour la rentrée.
En faisant ce qu'elle qualifie d'« actions de visibilité », l'ASSE veut signifier sa solidarité avec les enseignants « qui luttent pour de meilleures conditions de travail, mais aussi pour la qualité de notre éducation », a expliqué Hind Fazazi, de l'ASSE en entrevue sur ICI RDI. 
D'autres actions sont prévues : ainsi l'ASSE prévoit tenir un rassemblement en faveur de l'éducation, les 26 et 27 septembre à Montréal. Ce rassemblement doit réunir des associations étudiantes de différents horizons, de même que des enseignants et des travailleurs syndiqués du secteur de l'éducation, espère l'ASSE.
Puis le 30 septembre, où 34 000 membres de la Fédération autonome de l'enseignement (FAE) feront la grève, les étudiants membres de l'ASSE entendent se montrer solidaires de cette action. 
« Les moyens que nous avons en tant que syndicat étudiant, c'est la grève. Les piquets de grève, c'est ce qui nous permet de faire entendre nos revendications. »— Hind Fazizi, de l'ASSE

« Nos moyens d'action sont à la hauteur de ce que le gouvernement fait comme attaque aux services publics », explique Hind Fazizi.
« Cet automne, nous voulons agir conjointement avec les syndicats du milieu de l'éducation. [...] Bien évidemment, il y aura des votes de grève dans les campus dans les prochaines semaines. Toutefois on va axer notre action sur la concertation avec les milieux syndiqués, qui sont nos alliés. »— Hind Fazizi, de l'ASSE

Le regroupement précise par ailleurs que des assemblées générales étudiantes auront lieu au cours des prochaines semaines, dans les différents établissements, pour décider des moyens de pression à adopter pour combattre l'austérité dénoncée.
L'ASSE propose des solutions de rechange à cette austérité, parmi lesquelles l'augmentation du taux d'imposition des entreprises, sauf pour les PME, de même que l'instauration de 11 paliers d'imposition pour le revenu des particuliers.
La Fondation 1625 met en garde l'ASSE
Le fait que L'ASSE n'exclut « aucun moyen pour combattre les politiques d'austérité du gouvernement » pousse la Fondation 1625 à mettre en garde cette association.
Rappelons que la Fondation 1625 est un organisme à but non lucratif créé en 2012 afin d'amasser des fonds dans le but de soutenir les étudiants qui ont été victimes de la grève. 
La Fondation 1625 estime qu'au printemps dernier, la vaste majorité de la population s'était opposée aux moyens pris par l'ASSE et ses membres, « notamment l'intimidation, le blocage des salles de classes, la provocation des affrontements avec les forces policières ainsi que le vandalisme de nos universités ».
« L'ASSE veut encore recourir aux mêmes moyens qui ont fait des milliers de victimes en 2012 et en 2015 en prenant les étudiants en otage pour mener leur lutte idéologique. [...] La Fondation 1625, seul rempart entre les associations étudiantes extrémistes et les étudiants désirant compléter leur diplôme en paix, utilisera encore toutes les ressources nécessaires afin de contrecarrer l'ASSE, et ce, dans tous les établissements d'enseignement supérieur du Québec. »— Miguaël Bergeron, associé à la Fondation 1625

La Fondation 1625 invite l'ASSE à faire part de ses revendications sans s'attaquer aux étudiants.