jeudi, septembre 24, 2015

La crise des migrants Un milliard d'euros pour les réfugiés syriens au Proche-Orient

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/international/

   Radio-Canada avec Reuters

Les dirigeants de l'Union européenne (UE), réunis mercredi soir en sommet extraordinaire à Bruxelles, se sont engagés à fournir un milliard d'euros aux agences des Nations unies pour qu'elles viennent en aide aux réfugiés syriens qui restent au Proche-Orient.
Le président de la France, François Hollande, affectera par ailleurs 100 millions d'euros supplémentaires sur deux ans au Programme alimentaire mondial de l'ONU et à l'aide aux réfugiés, a annoncé président François Hollande.
Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, a déclaré aux journalistes que le sommet, destiné à aplanir leurs différends sur la crise des migrants, s'était déroulé dans une atmosphère « excellente », moins tendue que certains ne l'avaient craint.
Réunis au lendemain d'un conclave des ministres de l'Intérieur qui ont adopté un plan de répartition de 120 000 migrants dans l'UE malgré l'opposition de quatre pays de l'Est, les chefs d'État et de gouvernement devaient se concentrer sur les moyens de freiner l'afflux de migrants.
Une rencontre est prévue avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, le 5 octobre, dans le cadre des efforts pour coopérer avec Ankara et limiter le nombre de migrants parvenant en Grèce.
À son arrivée au conseil plus tôt en journée, la chancelière Angela Merkel a estimé qu'il était temps pour les Européens de travailler ensemble. « Face à un grand défi, il n'est pas possible que l'Europe dise : "on ne peut pas gérer cela" », a-t-elle déclaré.
Parmi les principaux opposants au plan européen, le premier ministre hongrois, Viktor Orban, a insisté sur le fait qu'il ne faisait qu'appliquer les règles européennes de protection des frontières avec la clôture qu'il a fait ériger entre son pays et la Serbie. Son allié, le premier ministre slovaque, Robert Fico, a dit qu'il contesterait le plan de répartition des migrants devant la justice européenne.
Le flux de migrants est loin de tarir : plus de 3000 réfugiés, essentiellement des Syriens et des Afghans, sont parvenus en l'espace de cinq heures, mercredi, sur les côtes de l'île grecque de Lesbos, en mer Égée, soit une forte augmentation du nombre d'arrivées en provenance des côtes turques.