samedi, septembre 26, 2015

Élections Canada 2015 Seuls les fraudeurs ont souffert de la réforme de l'assurance-emploi, selon Harper

http://ici.radio-canada.ca/regions/est-quebec/

Mise à jour le vendredi 25 septembre 2015 à 16 h 08 HAE

De passage à Rivière-du-Loup, le chef conservateur Stephen Harper a défendu la réforme de l'assurance-emploi de son gouvernement. Il a laissé entendre que seuls des fraudeurs ont été pénalisés par celle-ci.
Un texte de Sébastien DesrosiersTwitterCourriel
M. Harper était en visite à l'usine Premier Tech de Rivière-du-Loup, vendredi, où il a notammentpromis une loi contre les hausses d'impôts
Il a également affirmé que la réforme de l'assurance-emploi n'a pas touché les travailleurs saisonniers et que le programme continue de les protéger. Selon M. Harper, ceux qui disent le contraire portent de fausses accusations contre le gouvernement.
« Je me souviens qu'il y a maintenant deux ans, on a prédit avec nos réformes que l'on n'allait plus protéger les travailleurs saisonniers, et c'est évident aujourd'hui que cette accusation était tout à fait fausse », a-t-il dit. « L'assurance-emploi reste là pour des gens qui ont perdu leur emploi, pas par leur faute. »
« On a éliminé l'assurance-emploi dans moins d'une moitié de 1 % des cas. Ce sont seulement des cas de fraudeurs. »— Stephen Harper, chef, Parti conservateur

Le candidat du NPD dans la circonscription de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les-Basques, Guy Caron, a réagi aux déclarations de Stephen Harper plus tard dans la journée. Il accuse le premier ministre sortant de qualifier les chômeurs de fraudeurs.
M. Caron estime que ce dernier tente d'occulter le fait que sa réforme a pénalisé des entreprises et des municipalités de la région. La réforme a été désastreuse pour le Bas-Saint-Laurent, selon le candidat néodémocrate.
Vers un partenariat transpacifique
Stephen Harper a également parlé des négociations de libre-échange qui inquiètent les producteurs agricoles de la région.
Le chef conservateur a affirmé que le Canada est l'un des pays qui dépend le plus du commerce international. Il a rappelé qu'à son arrivée au pouvoir, il n'y avait que cinq traités de libre-échange avec autant de pays, alors qu'aujourd'hui 44 pays ont des traités de libre-échange avec le Canada. Il a dit vouloir continuer à défendre les intérêts de l'économie canadienne, y compris les intérêts des agriculteurs qui dépendent du système de gestion de l'offre. 
« C'est très possible que pendant les semaines à venir, on arrive à une entente historique sur le développement du réseau de libre-échange dans la région Asie Pacifique, avec 800 millions de clients potentiels pour nos agriculteurs, nos travailleurs et nos employeurs », a lancé M. Harper. « On va continuer à participer pour assurer la meilleure entente possible pour notre pays. »
Le premier ministre sortant prend la route d'Ottawa dès vendredi soir.
D'après les informations de Denis Leduc