mercredi, septembre 09, 2015

« Ce qui reste, c’est beaucoup de fierté », affirme Stéphane Bédard

http://ici.radio-canada.ca/regions/saguenay-lac/

Stéphane Bédard
Stéphane Bédard  Photo :  PC/Jacques Boissinot

Le député de Chicoutimi, Stéphane Bédard, a rompu le silence trois jours après avoir été écarté du poste de leader parlementaire, qu'il occupait depuis sept ans, par le chef du Parti québécois, Pierre-Karl Péladeau.
Dimanche, M. Péladeau a annoncé que Bernard Drainville serait le nouveau leader parlementaire de l'opposition officielle. Pour sa part, Stéphane Bédard s'est vu confier le poste de porte-parole en matière de justice au sein du cabinet fantôme.
Avant le caucus de la rentrée du Parti québécois, Stéphane Bédard s'est dit fier du travail qu'il a accompli au cours des sept années où il a été leader parlementaire.
Il a aussi nié avoir songé à démissionner à la suite de la décision de Pierre-Karl Péladeau. « Le chef a toute la latitude pour décider qui va occuper quelle fonction et moi, chaque fois que j'ai eu la confiance des chefs, j'ai servi la cause que vous connaissez », affirme M. Bédard.
« J'ai été au cœur de bien des choses. Je pense que j'ai développé une compétence dans la gestion de crise, ça, c'est clair. Maintenant ce sont d'autres défis qui m'attendent. »— Stéphane Bédard, député de Chicoutimi

Le député de Chicoutimi a rappelé qu'il milite pour la cause souverainiste depuis qu'il a dix ans et a insisté sur son attachement pour le Parti québécois. « Je regarde l'ensemble du caucus, je vois une équipe formidable », conclut Stéphane Bédard.
Une nouvelle ère pour Pierre-Karl Péladeau
Arrivé au caucus du Parti québécois quelques minutes après Stéphane Bédard, Pierre-Karl Péladeau n'a pas voulu dire qu'il avait écarté le député de Chicoutimi du poste de leader parlementaire de l'opposition officielle, soulignant plutôt le « travail exceptionnel » qu'il avait accompli.
« Une nouvelle session et une nouvelle période s'ouvrent, dit-il. Je pense qu'il était adéquat, parce que nous avons des compétences exceptionnelles au Parti québécois dans notre députation, de faire en sorte de mettre en valeur ces compétences, cette diversité et cette énergie qui est celle de notre députation et dans un dosage adéquat. »