dimanche, septembre 13, 2015

Affrontements très violents sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem

http://www.lepoint.fr/monde/

Des affrontements ont éclaté dimanche matin sur l'esplanade des Mosquées, dans la vieille ville de Jérusalem, entre la police israélienne et des musulmans.


Publié le  - Modifié le  | Le Point.fr
Des affrontements entre la police et des musulmans sur l'esplanade des Mosquées, photo d'illustration.

De violents heurts ont opposé dimanche sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem des musulmans aux forces de l'ordre israéliennes, qui ont expulsé pour la première fois la garde jordanienne positionnée sur le site sacré ultra-sensible, à quelques heures des célébrations du nouvel an juif. Depuis plusieurs jours, Palestiniens et Arabes israéliens assuraient redouter des affrontements à l'occasion des fêtes juives. La tension était montée après l'interdiction cette semaine par la Défense israélienne des « mourabitoune », un groupe de « sentinelles » musulman qui affirme défendre le troisième lieu saint de l'islam, également le site le plus sacré du judaïsme.
À l'occasion de la nouvelle année du calendrier juif, et comme le leur autorise le statu quo - des règles tacites héritées du conflit de 1967 -, des groupes de juifs se sont rendus sur l'esplanade. De 7 h 30 à 11 heures tous les matins - à l'exception du vendredi, jour de la grande prière musulmane et du samedi, chômé chez les juifs -, les visiteurs non-musulmans sont autorisés à y entrer. Une heure avant leur venue, la police israélienne a investi la mosquée al-Aqsa, où se trouvaient des dizaines de musulmans, ont indiqué des témoins. Des policiers postés sur le toit ont brisé les vitres, des pièces d'antiquité, pour y tirer des grenades lacrymogènes et assourdissantes, ont-ils ajouté. « Les commandos spéciaux sont entrés jusqu'au pied de la chaire où l'imam prononce le sermon », a affirmé à l'AFP Mahmoud Abou Atta, un militant en contact avec les musulmans qui se trouvaient à l'intérieur lorsque la police est intervenue.
Alors que les affrontements se poursuivaient, et sous des colonnes de fumée provoquées par les tirs, plusieurs groupes de visiteurs non-musulmans sont entrés depuis la porte des Maghrébins, la seule réservée aux non-musulmans, tandis que toutes les autres portes étaient fermées par la police israélienne. Parmi eux se trouvait le ministre de l'Agriculture Uri Ariel, un colon habitué aux coups d'éclat, selon les médias israéliens et les manifestants.

Le directeur d'al-Aqsa arrêté

La police israélienne a accusé « des manifestants masqués » d'avoir lancé depuis la mosquée « des pierres et des pétards vers les policiers ». Aux abords de l'esplanade, des policiers déployés en nombre ont pourchassé les manifestants et plusieurs journalistes ont été molestés, dont un photographe de l'AFP. Vingt personnes ont été hospitalisées à l'issue des heurts sur et autour de l'esplanade, a indiqué le Croissant-Rouge palestinien à l'AFP.
À la mi-journée, le calme est revenu et un photographe de l'AFP a vu des dizaines de fidèles déblayer le sol de la mosquée, recouvert de bris de verre, de pierres, et des tapis brûlés. Une porte en bois peint en vert gisait au sol, tandis que des balles en caoutchouc jonchaient l'esplanade.
Le président palestinien Mahmoud Abbas a condamné une « attaque » et des « agressions de fidèles », réaffirmant qu'al-Aqsa et les lieux saints étaient une « ligne rouge » à ne pas franchir. L'organisation des Biens religieux (Waqf), qui gère le site, a dénoncé l'expulsion par les forces israéliennes des gardes positionnés sur l'esplanade par la Jordanie, gardienne du lieu saint selon le statu quo de 1967. « C'est la première fois qu'ils évacuent tous les gardes », a indiqué à l'AFP Firas al-Dibs, porte-parole du Waqf. « Le directeur de la mosquée Al-Aqsa, Omar Kaswani, a été blessé et arrêté », a-t-il ajouté.

Le statu quo en péril

En novembre 2014, la Jordanie, seul pays arabe avec l'Égypte à avoir signé un traité de paix avec Israël, avait rappelé son ambassadeur durant trois mois pour protester contre l'incursion de la police dans al-Aqsa et la fermeture d'une journée du lieu saint, un événement exceptionnel. Dimanche, Amman a appelé le gouvernement israélien à « cesser les provocations » et a dénoncé « des tentatives répétées de modifier le statu quo ». Le Caire a également condamné une « escalade inacceptable ».
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a réaffirmé vouloir « maintenir le statu quo », mais a prévenu : « Il est de notre pouvoir et de notre devoir d'agir contre les émeutiers pour permettre la liberté de culte sur ce lieu saint. »
Ezzat al-Richq, haut dirigeant du Hamas en exil, a dénoncé « un crime de guerre qui vise à entériner le plan israélien de division d'al-Aqsa », tandis qu'à Gaza 500 jeunes ont manifesté à l'appel du mouvement islamiste. Israël cherche à diviser l'esplanade « géographiquement ou via des créneaux horaires séparés », avait déjà accusé vendredi le président palestinien Mahmoud Abbas. C'est de l'esplanade des Mosquées qu'était partie la deuxième Intifada, en réaction à la venue de l'ex-Premier ministre Ariel Sharon en septembre 2000 sur ce site