dimanche, septembre 13, 2015

A PONTOISE DEUX FEMEN PERTURBENT LE SALON DE LA FEMME MUSULMANE

http://www.parismatch.com/Actu/Societe/

Le 13 septembre 2015 | Mise à jour le 13 septembre 2015



Deux Femen perturbent le salon de la femme musulmane
Inna Shevchenko, porte-parole des Femen,
 pose devant le logo du mouvement en 2013.
© Charles Platiau / Reuters

Deux militantes du mouvement féministe Femen ont fait irruption au salon de la femme musulmane à Pontoise dans le Val-d’Oise, samedi.
Les Femen ont pris pour cible un «salon de la femme musulmane» organisé à Pontoise, dans le Val-d'Oise. Samedi, peu avant la fermeture du salon vers 20h30, deux militantes du groupe féministe sont montées sur scène dénudées. Quelques secondes plus tard, les deux femmes ont été sorties manu militari par le service de sécurité avant d’être remises à la police. Le parquet de Pontoise a indiqué à l’AFP que les deux militantes ont été «entendues samedi soir» et que l’enquête et les auditions vont se poursuivre pour savoir ce qu’il s’est passé tout en précisant que leur garde à vue avait été «levée pendant la nuit». Toujours selon l’AFP, les organisateurs du salon ont prévu de porter plainte suite à l’incident.
FEMEN au Salon du pr
Inna Shevchenko, porte-parole des Femen à Paris a raconté à l’AFP que les deux militantes sont montées sur scène alors «que deux imams étaient en train de parler de la question de savoir s’il faut battre ou non sa femme». Peu de temps après les événements, les Femen ont publié un communiqué sur leur page Facebook. Pour elles, ce salon représente «7000m2 dédiés à l'asservissement de la Femme, un grand forum du "sois soumise et tais toi" rythmé par des ateliers pour apprendre à cuisiner, à s’habiller (ou disons à se couvrir), à se tenir dignement, et à obéir à son père, frère ou mari en toutes circonstances, et des conférences animées par la pire engeance islamiste de France qui diffuse impunément ses appels au viol, à la discrimination et à l’esclavagisme moderne». Paris Match a tenté de contacter les organisateurs du salon, qui demeuraient injoignables.
A leur montée sur scène, les deux féministes ont crié des slogans qui étaient également inscrits sur leur dos et leurs seins en arabes et en français : «Personne ne soumet, personne ne me possède, je suis ma propre prophète». Toujours selon Inna Shevchenko, aussitôt des insultes ont fusé dans la salle : «Sales putes, il faut les tuer», auraient lancé des personnes présentes. «Une quinzaine d’hommes ont sauté sur la scène et leur sont tombées dessus», a précisé Inna Shevchenko. 
Avant même sa tenue, le salon faisait déjà polémique. Une pétition contre le salon controversé avait recueilli près de 6000 signatures sur la plateforme Change.org. Son initiateur dénonçait la présence parmi les invités de «prédicateurs fondamentalistes tels que Nader Abou Anas, connu pour avoir légitimé le viol conjugal et plus largement la soumission de la femme».