dimanche, août 16, 2015

Le retour de Claude Poirier

http://www.journaldequebec.com/


Yves Leclerc
Claude Poirier a été impliqué dans 55 prises d’otages et cas d’enlèvements à titre de négociateur. Le spécialiste des faits divers revisitera vingt de ces histoires qui ont marqué l’actualité juridique québécoise dans une toute nouvelle émission intitulée Secrets judiciaires.
Absent des ondes depuis le retrait de son émission Le Vrai négociateur, qui était diffusée à LCN, Claude Poirier fait un retour à la télé, à partir du 24 août, sur les ondes de la chaîne Canal D-Investigation.
« J’ai dû arrêter Le Vrai négociateur à la suite d’une intervention chirurgicale, où on m’a fait cinq pontages, à l’été 2013. On m’a offert, par la suite, une participation à l’émission du matin à LCN, mais ça ne m’intéressait pas », a-t-il laissé tomber, sans mettre de gants blancs, lors d’un entretien téléphonique.
C’est à la suite d’une rencontre avec les gens de Canal D que Secrets judiciairesa vu le jour.
« Ils m’ont approché pour un projet, mais il était important pour moi d’avoir le choix du contenu. Je voulais, aussi, travailler avec un réalisateur qui savait de quoi je parlais. On voulait, à l’origine, me donner un jeune réalisateur qui n’était même pas au monde lorsque ces événements sont survenus », a-t-il indiqué.
20 dossiers
Claude Poirier abordera, chaque lundi soir, deux histoires où il racontera ce qu’il a vécu de l’intérieur.
Parmi ces 20 dossiers, on retrouvera ceux concernant Cédrika Provencher, Frank Cotroni, Jacques Mesrine, Richard Blass, Charles Marion, Maurice « Mom » Boucher et plusieurs autres. « Ce ne sont pas des histoires que j’ai couvertes à titre de chroniqueur judiciaire. Ce sont des histoires où je me suis retrouvé au cœur de ces événements », a-t-il précisé.
En ouverture de saison, le 24 août, le Négociateur plongera dans le meurtre de l’avocat montréalais Frank Shoofey et dans la prise d’otages survenue le 8 mars 1978 au palais de justice de Saint-Jérôme.
Cette prise d’otage et l’enlèvement de Charles Marion ont été, pour le Négociateur, des événements qu’il a qualifiés de marquants. Claude Poirier et l’avocat criminaliste Robert La Haye avaient été convoqués, en mars 1978, au palais de justice de Saint-Jérôme pour négocier la libération des 20 otages qui étaient détenus par Roland Simard, Edgar Roussel et Lucien Jacques.
Simard avait été amené sur les lieux pour subir son procès; Roussel et Jacques, qui étaient aussi détenus, faisaient partie des témoins.
« Cette prise d’otages, qui a duré 15 jours, a été la plus longue dans l’histoire des prisons et des pénitenciers au Canada », a-t-il fait remarquer.
Toujours passionné
Claude Poirier ne voulait pas que Secrets judiciaires soit un « show » de chaises. En plus de situer l’affaire et de raconter ce qu’il a vécu de l’intérieur, le Négociateur donne la parole à des intervenants et à des témoins qui ont été impliqués dans ces histoires. Il présente des images d’archives et revisite certains lieux, comme la chambre de Julie Surprenant, disparue le 15 novembre 1999 et qui n’a jamais été retrouvée, et le logement de Richard Bouillon, qui a révélé à une infirmière être l’auteur de ce meurtre avant de mourir.
« J’ai vu toutes les émissions et c’est bon. Et je ne dis pas ça parce que c’est la mienne », a-t-il laissé tomber.
Claude Poirier avoue que cette émission tombe à point. « Je viens de fêter mes 55 ans de carrière et je suis toujours passionné par mon métier. J’adore ça, mais ça ne me tente plus, à 76 ans, de me lever à 3 h 30 le matin. Je me sens moins bousculé et il faut, aussi, que je pense un peu à ma santé », a-t-il dit, ajoutant qu’il n’a toujours pas réussi, malgré cinq pontages, à arrêter la cigarette.
« Mes affaires vont bien »
Concernant ses déboires financiers, révélés au grand public, l’hiver dernier, Claude Poirier précise que ça s’est replacé. « Mes affaires vont bien », a-t-il lancé, avant d’ajouter son célèbre « 10-4 » à la fin de l’entretien.

Secrets judiciaires est présenté les lundis, à 22 h, à partir du 24 août, sur les ondes de Canal D-Investigation.