lundi, juillet 20, 2015

Turquie: 28 morts dans une explosion à deux pas de la frontière avec la Syrie

http://www.985fm.ca/international/nouvelles/

Publié par Associated Press le lundi 20 juillet 2015 à 09h45.
Turquie: 28 morts dans une explosion à deux pas de la frontière avec la Syrie
ISTAMBOUL — Une explosion a fait au moins 28 morts et une centaine de blessés lundi, dans le sud de la Turquie, dans une ville située tout près de la frontière avec la Syrie.
La détonation a retenti à Suruç, située à une dizaine de kilomètres à peine de Kobané, une ville syrienne qui a fait l'objet durant plusieurs mois l'objet de violents combats entre des djihadistes de l'État islamique et les forces kurdes.

La responsabilité de l'attentat n'a pas été immédiatement revendiquée, mais un haut responsable du gouvernement a confié à l'Associated Press croire qu'il s'agissait de l'oeuvre du groupe armé État islamique, qui sévit juste de l'autre côté de la frontière.

Une centaine de blessés ont été transportés à l'hôpital, selon le ministère turc de l'Intérieur.

L'explosion s'est produite dans une salle d'un centre culturel où un groupe politique, la Fédération des jeunes socialistes, tenait un événement de presse traitant de la reconstruction de Kobané.

Fatma Edemen, 22 ans, a affirmé que la fédération d'environ 200 jeunes faisait pression pour avoir accès à Kobané pour aider à la reconstruction de la ville syrienne. La bombe a explosé comme la conférence de presse s'achevait.

«Nous venons d'apprendre des policiers que c'était un attentat-suicide», a-t-elle raconté alors qu'elle se dirigeait vers l'hôpital pour des blessures mineures aux jambes.

La voix tremblante au téléphone, elle a affirmé que le regroupement croyait que Kobané était relativement sécuritaire et prêt à être reconstruit.

«Nos amis sont allés et ça ne semblait pas dangereux à ce moment-là. Nous ne pensions jamais qu'une telle chose arriverait», a-t-elle dit, ajoutant que le groupe espérait construire une garderie ou un lieu pour les enfants.

Le bureau du premier ministre et le ministère de l'Intérieur ont confirmé le bilan des victimes. Un haut responsable, qui a requis l'anonymat, a rapporté que les autorités avaient la preuve que l'attaque était bien un attentat-suicide.

Une seconde bombe a explosé lundi, au sud de Kobané, près d'un barrage de sécurité kurde, sur la route menant à Alep. D'après un responsable kurde à Kobané, il n'y a pas eu de mort. L'Observatoire syrien des droits de l'homme faisait toutefois état de deux victimes.

Le plus grand camp de réfugiés syriens de la Turquie a été aménagé à Suruç. La Turquie a déjà accueilli deux millions de Syriens fuyant les violences du conflit civil qui fait rage depuis plus de quatre ans et a fait 220 000 morts.