vendredi, juillet 24, 2015

Toronto: la course libérale entre Eve Adams et Marco Mendicino prend fin dimanche

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le vendredi 24 juillet 2015 à 16h56. Modifié par 98,5 Sports à 17h14.
Toronto: la course libérale entre Eve Adams et Marco Mendicino prend fin dimanche
Eve Adams/FB Eve Adams
TORONTO ? L'ex-députée conservatrice devenue libérale Eve Adams saura ce dimanche si elle affrontera son ancien collègue, le ministre des Finances Joe Oliver, aux prochaines élections fédérales.
Mme Adams, qui a été accueillie dans le giron libéral par Justin Trudeau en février dernier, brigue l'investiture dans la circonscription torontoise d'Eglinton-Lawrence. Son adversaire est un libéral de longue date, l'avocat torontois Marco Mendicino.

Le professeur de sciences politiques Myer Siemiatycki, de l'Université Ryerson à Toronto, estime que cette lutte très médiatisée comporte des risques pour Justin Trudeau — peu importe qui l'emporte — parce qu'elle remet en question ses principes politiques et son jugement, alors qu'il a accueilli à bras ouverts une politicienne qui ne demeure même pas près de la circonscription qu'elle convoite.

Eve Adams représente actuellement Mississauga—Brampton-Sud, dans la banlieue ouest de Toronto, tandis qu'Eglinton-Lawrence se trouve au coeur de la Ville Reine. La politicienne demeure à Oakville, dans la région de Hamilton.

«Cette situation peut faire des dommages, surtout dans le contexte où il y a un autre candidat très fort et crédible», souligne M. Siemiatycki.

Marco Mendicino est un avocat qui a grandi dans la circonscription et qui y vit toujours avec sa famille.

Les deux camps qui s'affrontent ont toutefois minimisé les liens avec leur chef, assurant que Justin Trudeau est demeuré en dehors de la course à l'investiture.

Charles Bird, qui parle au nom de Marco Mendicino, a dit vendredi que le chef libéral avait clairement fait savoir qu'il souhaitait une course ouverte et équitable, et que c'est ce qui s'est passé.

«Justin a été courtois et il a eu des mots d'encouragement», a affirmé M. Bird, tout en reconnaissant que Mme Adams jouissait d'importants appuis.

«Elle a attiré de nombreux bénévoles bien en vue pour sa campagne, mais elle n'a pas réussi aussi bien avec les militants libéraux qui vivent dans la circonscription», a-t-il noté.

L'un d'entre eux est le député libéral qui représente la circonscription au parlement ontarien. Au moment de l'annonce de la candidature de Mme Adams, en février, Mike Colle a écrit sur sa page Facebook qu'il faudra lui «passer sur le corps» avant qu'elle soit élue. Il n'a pas changé d'avis depuis.

M. Colle a fait remarquer que la politicienne avait auparavant travaillé pour l'ancien premier ministre conservateur ontarien Mike Harris avant de devenir une collaboratrice du premier ministre Stephen Harper. Son fiancé, Dimitri Soudas, est également l'ex-directeur des communications de M. Harper.

«Tout à coup, nous sommes supposés l'accueillir comme une sauveuse libérale? Cela ne semble pas être quelque chose de rationnel», a dit M. Colle.

Au contraire, Tom Allison, qui dirige la campagne d'investiture Mme Adams, a fait valoir qu'elle est la meilleure personne pour battre Joe Oliver.

M. Allison a souligné que certains transfuges à la Chambre des communes ont connu un «succès fulgurant».

«Belinda Stronach a sauvé notre gouvernement», a ajouté M. Allison en faisant référence à son passage hautement médiatisé des conservateurs aux libéraux en 2005.